Lyon : mobilisation «contre les violences d'extrême droite» (VIDEO)

- Avec AFP

Lyon : mobilisation «contre les violences d'extrême droite» (VIDEO) Source: RT France
Vidéo
Eric Coquerel député de la France insoumise à la manifestation lyonnaise du 23 octobre
Suivez RT France surTelegram

A l'appel de plusieurs organisations de gauche, une manifestation «contre les violences d'extrême droite» s'est tenue à Lyon ce 23 octobre. Ils étaient près de 5 000 selon les organisateurs et 1 800 selon la police.

5 000 personnes selon les organisateurs, 1 800 selon la préfecture, ont manifesté ce 23 octobre après-midi dans le centre de Lyon contre l'extrême droite à l'appel de plusieurs organisations de gauche.

Le cortège s'est élancé en début d'après-midi de la place Bellecour, derrière une banderole où était écrit : «Tous unis contre les violences d'extrême droite».

Auteur: RT France

La manifestation, organisée notamment par la Jeune Garde, le Planning familial Rhône ou encore les syndicats CGT, Solidaires et FSU, s'est poursuivie sur les quais de Saône, dans le Vieux Lyon, considéré comme un bastion de l'ultra-droite. 

Au micro de RT France, le député de la France insoumise Eric Coquerel a dénoncé «des groupuscules ultra-violents qui sont là pour intimider».

La situation lyonnaise, que nous dénonçons depuis plusieurs années, est en train de s'étendre sur l'ensemble du territoire

Le secrétaire départemental de l'Union départementale CGT du Rhône, Joao Pereira-Afonso, s'est dit «satisfait que cette manifestation ait réuni autant de personnes pour rappeler haut et fort que Lyon n'accueille pas de bon gré ces groupuscules».

«Avec les diverses attaques relayées dernièrement, on voit une montée de la violence d'extrême droite et nous avons toujours été contre leurs idées qui vont à l'encontre des intérêts des salariés», a-t-il poursuivi.

Dans leur appel à manifester, les organisateurs affirment que Lyon est «considérée comme un "laboratoire de l'extrême droite" depuis maintenant plus de 10 ans».

«La situation lyonnaise, que nous dénonçons depuis plusieurs années, est en train de s'étendre sur l'ensemble du territoire», alertent-ils.

Une de leur revendications est la fermeture des locaux abritant des groupuscules d'extrême droite, citant le bar associatif La Traboule et le club de boxe l'Agogé, connus pour être selon eux les fiefs de Génération identitaire, organisation pourtant dissoute en mars dernier.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»