Covid en Guadeloupe : un syndicat dénonce une gestion idéologique et non sanitaire

Covid en Guadeloupe : un syndicat dénonce une gestion idéologique et non sanitaire Source: RT France
Vidéo
Philippe Belair, secrétaire général de la CGTG-Santé.
Suivez RT France surTelegram

En Guadeloupe, le syndicat CGTG-Santé fustige la gestion de la crise sanitaire par un gouvernement qu'il considère enfermé dans des choix davantage idéologiques que pragmatiques. Le syndicat dénonce également les problèmes structurels de l'hôpital.

Interrogé par RT France le 9 août, Philippe Belair, secrétaire général de la CGTG-Santé Guadeloupe, avait à cœur de donner «une autre lecture que celle des autorités» sur la gestion de la crise sanitaire. 

Fustigeant «les mauvais choix» du gouvernement faits «dès le début» et dont les Guadeloupéens paieraient les conséquences, Philippe Belair cible notamment l'ouverture des frontières sans filtre, mais s'inquiète aussi de la division orchestrée entre personnes vaccinées et non-vaccinées, entre autochtones et étrangers de l'île.

Concernant la vaccination, Philippe Belair estime nécessaire de laisser les gens faire leur choix.« Il faut mettre sur la table toute la panoplie nécessaire, toutes les actions thérapeutiques possibles, et laisser les gens faire leur choix», a-t-il asséné, disant ne pas comprendre pourquoi le gouvernement s'obstine à inoculer les vaccins à ARN messagers aux Français. «Ça n'a pas de sens», affirme Philippe Belair, pour qui «on n'est plus dans une gestion sanitaire, on est dans une gestion idéologique». Le choix des investissements effectués par l'Etat, à savoir dans les vaccins à ARN messagers plutôt que dans l'hôpital public, témoigne selon le syndicaliste de cette «gestion idéologique».

En Guadeloupe, 20% des habitants sont vaccinés. Philippe Belair affirme cependant que ce chiffre n'est pas lié à des motivations anti-vaccinales, fustigeant au passage les propos déplacés d'un médecin sur LCI le 1er août, qui avait expliqué le phénomène par le vaudou et le rhum.

Auteur: RT France

La visite du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu le 10 août, n'est par ailleurs pas très attendue, selon Philippe Belair, qui insiste sur le manque de personnel hospitalier. «De manière générale, il faut plus de monde», a-t-il expliqué. «Le problème est structurel», selon le secrétaire général qui déplore les conséquences des politiques de santé menées depuis plusieurs années par les gouvernements successifs.

Les hôpitaux guadeloupéens sont saturés et les restaurants ont fermés le 9 août pour tenter, selon les autorités, d'endiguer la progression de l'épidémie. Cette mesure fait suite à l'instaurations d'un couvre-feu le 4 août sur l'île. Un politique très mal perçue par une partie de la population, des échauffourées ayant notamment éclaté dans la nuit du 8 au 9 août.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix