Le rappeur Moha la squale mis en examen pour «agression sexuelle», «violences» et «séquestration»

- Avec AFP

Le rappeur Moha la squale mis en examen pour «agression sexuelle», «violences» et «séquestration»© Capture d'écran/YouTube/Moha La Squale
Moha la squale apparaissant dans son clip «Ma belle» en juin 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le rappeur Moha la squale, révélation musicale en 2018, fait l'objet de 6 plaintes à son encontre et d'une enquête préliminaire depuis septembre 2020. Il a été mis en examen le 16 juin pour des faits de violences par conjoint.

Le rappeur Moha la squale a été mis en examen le 16 juin pour «agression sexuelle» et «violences» par conjoint ainsi que pour «séquestration» suite aux accusations de plusieurs femmes, a indiqué à l'AFP une source judiciaire, confirmant une information du Monde.

Objet d'une enquête préliminaire depuis septembre, Moha la squale, 26 ans, de son vrai nom Mohamed Bellahmed, a été placé en garde à vue le 14 juin, selon le quotidien du soir. Au cours de sa garde à vue, selon une source proche du dossier, au moins une confrontation a été organisée avec l'une des plaignantes. Le 16 juin, le rappeur a été présenté à un magistrat dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris.

«Il a été mis en examen notamment des chefs de violences par conjoint, agression sexuelle par conjoint, menaces de mort par conjoint et séquestrations sur différences victimes», et placé sous contrôle judiciaire, a indiqué la source judiciaire.

Six plaintes déposées, dont trois par d'anciennes compagnes

Moha la squale a fait l'objet de six plaintes, selon une source proche du dossier, pour la plupart révélées en septembre 2020. Les trois premières plaignantes étaient présentées comme d'anciennes compagnes, âgées de 23 à 28 ans, du rappeur parisien. Une quatrième femme avait porté plainte le 11 septembre et une cinquième le 22 septembre.

«Les investigations ont démontré combien la parole de mes clientes est aussi fiable que constante», s'est félicité l'avocat de quatre plaignantes, Me Thibault Stumm. «C'est une grande satisfaction pour mes clientes qui vivent depuis des mois sous la pression de cette affaire. Par cette mise en examen, le juge a pleinement constaté l'existence d'indices graves et concordants. Gardons à l'esprit qu'il s'agit seulement d'une première étape», a ajouté le conseil.

Le rappeur invoque un «complot» à son encontre

«Les faits sont contestés et nous sommes satisfaits qu’une information judiciaire soit ouverte car Monsieur Bellahmed a la ferme intention de se défendre, ce qu’il a déjà commencé à faire», a indiqué l'avocate du rappeur, Me Elise Arfi. «Pour le reste, l’affaire sera instruite par la justice et non sur internet. Les accusations contre mon client proviennent d'appels à témoignage sur les réseaux sociaux, ce qui est une particularité très forte de ce dossier qu’il faut donc appréhender avec circonspection», a-t-elle souligné.

«Je n'ai jamais au grand jamais levé la main sur une femme. Ce complot a été perpétué pour me nuire», s'était défendu Moha la squale fin avril sur Twitter.

Le mouvement #MeToo a connu une déclinaison dans le monde de la musique française avec #MusicToo, apparu avec le compte du même nom au cours de l'été 2020 sur Instagram. Cet outil a recueilli plusieurs centaines de témoignages de victimes de harcèlement ou d'agressions sexuelles, selon son décompte.

L'existence de #MusicToo a pris en septembre 2020 un autre relief avec les affaires d'agressions sexuelles concernant Moha la squale, Roméo Elvis (qui s'est excusé sur les réseaux sociaux après des accusations d'agression sexuelle diffusées sur internet) et Chloé Briot, cantatrice qui a porté plainte contre un baryton.

Par ailleurs, mi-avril, Moha la squale a été condamné à six mois de détention à domicile sous surveillance électronique dans un autre dossier, pour refus d'obtempérer, outrage et rébellion lors d'un contrôle de police agité l'an dernier à Paris.

Le rappeur a été l'une des grosses révélations de l'année 2018, auteur d'un premier album «Bendero» plébiscité par le public et la critique. Nommé aux Victoires de la musique 2019, l'artiste passé par le Cours Florent, s'était fait repérer avec des «freestyles» postés sur Facebook et YouTube, où on le voit rapper dans sa cuisine ou dans son quartier de «La Banane» à Ménilmontant, dans le XXe arrondissement.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»