Des milliers de personnes manifestent pour défendre l'enseignement des langues régionales (IMAGES)

- Avec AFP

Des milliers de personnes manifestent pour défendre l'enseignement des langues régionales (IMAGES)© JEAN-FRANCOIS MONIER Source: AFP
Des personnes participent à une marche en faveur de l'apprentissage de la langue bretonne à Guingamp, le 29 mai 2021.
Suivez RT France surTelegram

Basques, Bretons, Catalans, Corses ou Alsaciens: des milliers de personnes ont manifesté ce 29 mai dans différentes villes de France pour défendre «l'enseignement immersif» en langues régionales, censuré par le Conseil constitutionnel.

«Les gens sont là parce qu'ils ont peur que les écoles associatives soient fermées. La décision du Conseil constitutionnel pourrait leur enlever tous leurs financements [et] remet en cause une méthode pédagogique utilisée depuis plus de 50 ans», a déclaré à l'AFP le député du Morbihan Paul Molac (Libertés et Territoires), présent parmi les milliers de manifestants bretons à Guingamp (6 000selon la préfecture, 10 000 selon les organisateurs). 

Il est l'auteur de la loi sur les langues régionales, votée le 8 avril à l'Assemblée et retoquée partiellement le 21 mai par le Conseil constitutionnel, qui a censuré la méthode immersive à l'école, c'est-à-dire un enseignement effectué en grande partie dans une langue autre que le français, ainsi que l'utilisation de signes diacritiques comme le tilde (~) dans les actes de l'état civil.

A Bayonne, 10 000 personnes selon les organisateurs, 6 000 selon la police, ont manifesté dans les rues de la ville, dans une ambiance calme et familiale, mais avec une farouche détermination. «On a besoin de solutions pour ne pas qu'un enfant sur cinq en maternelle se retrouve anticonstitutionnel à la rentrée», a réclamé Peio Jorajuria, président de la Fédération des écoles associatives immersives, dites ikastola, où 5.000 enfants sont scolarisés.

En rangs serrés, les enfants ont défilé derrière les panneaux de leurs écoles respectives. Le basque, «c'est la première langue que j'ai apprise, j'aime la parler et je veux continuer à la parler à l'école et en dehors», a expliqué Naroa, 8 ans.

«Du jour au lendemain on nous dit que cet enseignement est tout simplement illégal. Je suis très inquiet pour ma langue. Dire qu'on est contre le français est un faux argument», craint Arkaitz, venu avec sa fille Otxanda, 8 ans.

«C'est une régression»

A Perpignan, un millier de Catalans ont aussi défilé au son des tambours, en brandissant des drapeaux «sang et or».

«On dirait qu'ils ne savent pas ce que c'est qu'une école immersive. Ils croient que l'on n'apprend pas le français», a déploré Elena Gual, directrice de l'école Arrels, école publique en immersion à Perpignan. «Pourtant l'inspection d'académie vient contrôler régulièrement et sait bien qu'on fait le travail comme il faut. On voudrait continuer à enseigner et faire ce que l'on fait depuis 40 ans», a-t-elle ajouté.

Selon Yann Uguen, président des écoles associatives d'enseignement immersif en breton Diwan, «il faut modifier la Constitution» pour sortir de «l'impasse».

«C'est une régression, car c'est le principe même de l'enseignement immersif d'une langue régionale qui a été déclaré inconstitutionnel», a également critiqué Claude Froehlicher, président de l'association de parents d'élèves Eltern Alsace, à Colmar, où environ 200 personnes se sont réunies sous les drapeaux rouge et blanc alsaciens.

«Le Conseil constitutionnel a nié un fait démocratique. Ce qui se passe est gravissime»

Les deux petites filles de 7 et 5 ans de Cécile Walschaerts, Belge mariée à un Alsacien, ont fait leurs années de maternelle en immersion alsacien/allemand. «La seule façon de faire en sorte que mes enfants puissent devenir des vrais locuteurs de l'alsacien et transmettent plus tard à leurs enfants une langue qui est dans leur famille depuis des siècles, c'est l'enseignement en immersion», a-t-elle expliqué. 

Apprendre l'alsacien, c'est entrer dans «un univers de comptines, de légendes, de jeux dans cette langue», a-t-elle mis en avant, refusant que cet apprentissage soit réduit à «un folklore».

A Bastia, des chants polyphoniques corses ont clôturé à la mi-journée la manifestation d'un peu moins de 200 personnes, dont le leader du mouvement indépendantiste «Corsica Libera» et président de l'Assemblée de Corse,  Jean-Guy Talamoni, devant l'inspection académique pour la défense de langue corse. Deux banderoles ont été déployées avec le message «Pour que vivent nos langues». 

«C'est une mobilisation fondamentale. Le Conseil constitutionnel a nié un fait démocratique. Ce qui se passe est gravissime. Il remet en cause tous les dispositifs d'enseignement de la langue corse», a lancé au micro Ghjiseppu Turchini, professeur de langue corse.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»