Tribune de militaires : le procureur de Paris ne voit pas matière à poursuites pénales

- Avec AFP

Tribune de militaires : le procureur de Paris ne voit pas matière à poursuites pénales© Ludovic MARIN Source: AFP
Rémy Heitz, procureur de la République à la cour d'appel de Paris, le 14 janvier 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Malgré la demande des Insoumis, Rémy Heitz annonce qu'il ne voit «aucune suite judiciaire ou pénale» à accorder à la tribune des militaires parue dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles et qui a suscité une polémique.

Le procureur de Paris Rémy Heitz a rejeté la demande de parlementaires de La France insoumise d'engager des poursuites visant les auteurs et diffuseurs de la tribune controversée de militaires car «aucune infraction pénale» n'y figure, selon un courrier dévoilé le 4 mai par Jean-Luc Mélenchon sur Facebook.

Le parquet de Paris a confirmé ce 5 mai à l'AFP que Rémy Heitz avait «classé sans suite le signalement effectué notamment par M. Mélenchon, faute d'infraction caractérisée» dans cette tribune dénonçant le «délitement» de la France, diffusée dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles le 21 avril.

Les parlementaires insoumis avaient saisi le procureur de Paris par une lettre le 26 avril, dévoilée lors d'une conférence de presse, estimant que ce texte relevait de l'infraction de «provocation à la désobéissance de militaires».

La France insoumise s'insurge contre cette décision

Pour Jean-Luc Mélenchon, ce classement sans suite est «un laisser-faire, laisser-passer qui revient à une complicité active avec les factieux. Tel est l'avocat de la société sous Macron aujourd'hui.»

Pour le procureur de la République, selon le courrier reproduit par le chef de file insoumis, «ce texte ne recèle en effet pas en lui-même de provocations à commettre des infractions pas plus qu'il ne contient d'appel à la haine, à la discrimination ou à la violence». 

«Le crime de provocation à des rassemblements d'insurgés et le délit de provocation à la désobéissance des militaires ou des assujettis à toute forme du service national, prévus par le code pénal, ne paraissent pas davantage pouvoir trouver à s'appliquer aux développements figurant dans cette tribune», ajoute Rémy Heitz.

«Si l'appréciation d'une éventuelle qualification disciplinaire des propos concernés, au regard du Code de la défense, relève des autorités compétentes, il doit être constaté qu'aucune suite judiciaire ou pénale ne peut en l'état être réservée à ceux-ci», écrit encore le procureur de Paris.

Plusieurs centaines de militaires, dont des généraux à la retraite, menacent, dans cette tribune, d'intervenir face au «chaos croissant» qui règne à leurs yeux en France.

Le Premier ministre a condamné «avec la plus grande fermeté [une] initiative qui est contraire à tous [les]  principes républicains, à l'honneur et au devoir de l'armée».

En tout, 18 militaires d'active signataires de cette tribune controversée vont passer devant un conseil militaire, a annoncé le chef d'état-major des armées, le général François Lecointre, au Parisien le 29 avril. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»