Corse : trois policiers blessés en intervenant lors d'une importante soirée clandestine

- Avec AFP

Corse : trois policiers blessés en intervenant lors d'une importante soirée clandestine© STEPHANE MAHE Source: Reuters
Un policier à Nantes le 27 novembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Une centaine de personnes étaient réunies dans un établissement de nuit à Bastia dans la soirée du 8 avril. La police a dû intervenir pour mettre fin à la fête. Trois policiers ont été blessés par des participants récalcitrants.

Une fête clandestine à laquelle participaient «une centaine de personnes» dans un établissement de nuit à Bastia a été interrompue dans la nuit du 8 au 9 avril par des policiers, dont trois ont été blessés, ont annoncé ce 9 avril le préfet de Haute-Corse et le procureur de Bastia. 

«Deux gardes à vue sont actuellement en cours, l’une sous la qualification de violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique, l’autre, qui a trait à l’organisation de cette soirée clandestine, sous la qualification de mise en danger délibérée de la vie d’autrui», a indiqué dans un communiqué le procureur de la République de Bastia, Arnaud Viornery. La sûreté départementale est chargée de cette enquête.

La police est intervenue vers 1h du matin au port de Toga, à Bastia, «dans un établissement de nuit qui avait ouvert clandestinement et où une centaine de personnes étaient présentes», a indiqué dans un autre communiqué François Ravier, préfet de Haute-Corse.

Les policiers ont été victimes de jets de projectiles et agressés par certains participants

Le procureur a précisé que ces fêtards ne portaient «aucun dispositif de protection sanitaire et se trouvaient dans un local présentant des risques graves en matière de sécurité incendie, notamment en raison de l’obstruction de toutes les sorties de secours, barricadées de l'intérieur».

«Les policiers ont été victimes de jets de projectiles et agressés par certains participants», a dénoncé le préfet, avant de condamner «avec la plus grande fermeté» des comportements «graves et irresponsables». Un des agresseurs a pu être interpellé, a-t-il indiqué.

Des interruptions totales de travail (ITT) de deux, trois et cinq jours ont été prononcées pour trois policiers, dont l'un a été «frappé», a précisé le procureur.

«L’usage de gaz lacrymogène par les effectifs de police appelés en renfort était nécessaire pour dégager les fonctionnaires» et pour disperser la foule, a-t-il ajouté. 

«Des sanctions administratives exemplaires seront prises à l'encontre de l'établissement», a également annoncé le préfet, qui appelle les participants à cette soirée clandestine à «s'isoler sept jours et à réaliser un test RT-PCR à l'issue».

«C'est tout l'effort collectif pour freiner l'épidémie qui est remis en cause par le comportement de quelques-uns si un cluster venait à émerger de cette soirée», a regretté le préfet.

Au total, 198 personnes sont mortes en Corse, une île de 340 000 habitants, depuis le début de l'épidémie, dont 108 depuis septembre, selon le dernier bilan de l'ARS publié le 8 avril. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»