Injures envers des policiers : la justice relaxe Jérôme Rodrigues

- Avec AFP

Injures envers des policiers : la justice relaxe Jérôme Rodrigues© DOMINIQUE FAGET Source: AFP
Jérôme Rodrigues prend part à un rassemblement le 12 décembre 2019 à Paris.

Le tribunal judiciaire de Paris a relaxé le 6 avril Jérôme Rodrigues, initialement poursuivi pour avoir qualifié sur Twitter le 9 septembre 2020 le syndicat policier Synergie-officiers de «bande de nazis».

Poursuivi pour avoir qualifié sur Twitter le 9 septembre 2020 le syndicat policier Synergie-officiers de «bande de nazis» et évoqué l'existence d'un «camp de concentration [caché] au nord-est de Paris», Jérôme Rodrigues, figure du mouvement des Gilets jaunes, a été relaxé le 6 avril par le tribunal judiciaire de Paris.

Selon le tribunal, les propos incriminés «ne visaient non l'ensemble des policiers mais les méthodes de certains d'entre eux», en l’occurrence des membres du syndicat Synergie-officiers. «[Il est ] patent que les propos incriminés sont intervenus dans le cadre d'un conflit récurrent alimenté sur le réseau social Twitter entre Jérôme Rodrigues [...] et le syndicat de policiers Synergie-officiers», a estimé le tribunal. Ce syndicat, a souligné le tribunal, «ne se confondant pas avec l'administration publique qu'est la police nationale».

Jérôme Rodrigues, éborgné par un tir de grenade lors d'une manifestation en janvier 2019, avait reconnu avoir publié sur Twitter, en septembre 2020, le message «c'est clair bande de nazis que vous irez ouvrir le camp de concentration disponible au nord-est de Paris, celui que vous tentez de cacher aux médias».

Ces mots avaient entraîné le dépôt d'une plainte de la part du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui avait dénoncé des propos «ignobles» et affirmé sa volonté de "défendre l'honneur de tous les policiers".

Figure parmi les plus connues du mouvement des Gilets jaunes, Jérôme Rodrigues a perdu un œil lors d'une manifestation le 26 janvier 2019, alors qu'il était en train de filmer l'arrivée du cortège place de la Bastille à Paris.

Deux policiers ont été mis en examen le 14 janvier dernier, l'un pour «violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente» et l'autre pour «violences volontaires aggravées» dans le cadre de cette affaire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»