«Je vous propose de commettre un délit» : Lalanne fait s'embrasser des manifestants à Nice

«Je vous propose de commettre un délit» : Lalanne fait s'embrasser des manifestants à Nice© JOHN THYS
Francis Lalanne en 2018 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Visé par une enquête après une tribune au vitriol appelant à renverser l'Etat et le président, le chanteur Francis Lalanne s'est à nouveau distingué en appelant des manifestants anti-restrictions à s'embrasser, en défiance des injonctions sanitaires.

Un acte de désobéissance civile ? Au cours d'un rassemblement contre les restrictions sanitaires à Nice le 28 mars, le chanteur Francis Lalanne a incité des manifestants à... s'embrasser. 

Qui m'embrasse ?

Organisée à l'appel de l'organisation Réinfo Covid et le collectif «Bas les masques pour nos enfants», la manifestation a réuni 350 personnes selon Nice-Matin

«Je vous propose de commettre un délit, sous les yeux des forces de l'ordre qui ne diront rien. Je vous propose de vous embrasser les uns et les autres», a harangué le chanteur ceint de sa guitare. 

«Et partagez ! Partagez ! Que tous ceux qui vont voir la vidéo dans les rues s'embrassent les uns et les autres», a-t-il encouragé alors que la foule s'exécutait à rebours des recommandations martelées depuis plus d'un an par les autorités sanitaire du monde entier pour freiner la propagation du virus Sars-Cov-2. «Qui m'embrasse ?», l'entend-on encore demander avant, qu'une femme du public se dévoue pour venir lui faire une bise. 

La vidéo de la scène a été largement partagée sur les réseaux sociaux, apportant son lot de réactions hostiles ou indignées, mais recueillant aussi le soutien d'internautes. 

Le chanteur est visé par une enquête menée par la Brigade de répression de la délinquance aux personnes pour «provocation à la commission d'atteintes aux intérêts fondamentaux de la Nation» après la publication d'une tribune fin janvier appelant à «mettre l'Etat hors d'état de nuire». Il y dénonçait notamment «l’exercice totalitaire du pouvoir que pratique aujourd’hui l’exécutif», et le catastrophisme des données officielles sur la pandémie. 

«Quoi qu'on dise, le taux de létalité [du virus] n'est pas supérieur à celui d'une grippe saisonnière [...] Les chiffres ne sont pas fiables», expliquait-il encore en direct sur RT France le 6 mars lors d'une manifestation contre les restrictions sanitaires à Paris.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»