Un député MoDem à propos du Spoutnik V : «Il ne faudrait pas qu’on se retrouve avec trop de doses»

Un député MoDem à propos du Spoutnik V : «Il ne faudrait pas qu’on se retrouve avec trop de doses»© Ludovic MARIN Source: AFP
Le député MoDem Patrick Mignola le 9 février 2021 à l'Assemblée nationale à Paris (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Interrogé sur Public Sénat, le président du groupe MoDem à l’Assemblée nationale Patrick Mignola a mis en garde contre un surplus de commandes de vaccins : «Il ne faudrait pas qu'on se retrouve, à un moment, avec trop de doses.»

Alors que l'Agence européenne du médicament pourrait bientôt autoriser le vaccin Spoutnik V dans l'UE, le patron des députés MoDem à l'Assemblée nationale Patrick Mignola a néanmoins estimé le 23 mars sur Public Sénat que l'accès au produit russe ne représentait pas une priorité, car «il ne faudrait pas qu’on se retrouve, à un moment, avec trop de doses». Membre de la majorité parlementaire, l'élu de Savoie rejoint ainsi l'avis du commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton, qui avait déclaré le 21 mars sur TF1 que l'UE n'aurait «absolument pas besoin de Spoutnik V» pour mener à bien sa campagne vaccinale contre le Covid-19.

«Aujourd’hui on a commandé 200 millions de vaccins pour 66 millions de Français. Il ne faut pas que nous cédions à l’affolement. On est capable aujourd’hui de monter en puissance», a développé Patrick Mignola le 23 mars, mettant en avant la nécessité de ménager les comptes publics. «Il faut qu’on puisse vacciner tout le monde, qu’on commande le maximum, mais il ne faut pas qu’on fasse n’importe quoi, c’est de l’argent public», a-t-il ajouté.

Aucun «ségrégationnisme anti-slave»

Le député MoDem a par ailleurs assuré qu'il n'y avait à l'égard du Spoutnik V aucun «ségrégationnisme anti-slave». Patrick Mignola pense d'ailleurs qu'en cas de défaillance d'autres fournisseurs de vaccins, le fabricant russe pourrait être sollicité : «Si aujourd’hui ceux qui nous fournissent les vaccins n’étaient pas en capacité de faire – vous avez vu les polémiques autour d’AstraZeneca – évidemment il faudra se tourner vers les autres.» Il a néanmoins contrebalancé : «Si vous voulez tous céder à l’affolement et que demain on se mette à commander un milliard de doses pour une population de 50 millions d’habitants, je suis sûr que vous reposeriez la question dans six mois.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»