Le Sénat rejette l'amendement du gouvernement pour instaurer le vote par anticipation

- Avec AFP

Le Sénat rejette l'amendement du gouvernement pour instaurer le vote par anticipation© Bertrand GUAY Source: AFP
Le Sénat (Image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'amendement gouvernemental qui visait à permettre le vote par anticipation lors de l'élection présidentielle de 2022 a fait face à une levée de boucliers des sénateurs, qui l'ont rejeté à une très large majorité.

Déposé au dernier moment – et à la surprise générale – le 16 février dans le cadre de l’examen du projet de loi organique sur la présidentielle, lamendement polémique du gouvernement qui vise à instaurer la possibilité d’un vote par anticipation pour l'élection de 2022 a été largement rejeté par les sénateurs ce 18 février.

Le Sénat, dominé par l'opposition de droite, a voté à 321 voix contre 23 pour rejeter l'amendement en question. Ce dispositif «très innovant», selon les termes employés par la ministre Marlène Schiappa, prévoyait que les électeurs puissent demander à voter de manière anticipée sur des machines à voter, durant la semaine précédant le scrutin, dans des bureaux et à une date qui restaient à définir par décret. Seul le groupe RDPI – à majorité En Marche – a voté en sa faveur.

Avant le vote, le sénateur LR Philippe Bas avait une nouvelle fois demandé «solennellement» le retrait de l'amendement qui, selon lui, faisait «un procès d'intention» aux Français, en supposant qu'ils préfèreraient partir en week-end que d'aller voter. «Quand on change les règles du jeu, il faut obtenir un consensus de l'ensemble de la classe politique, ce qui n'est pas le cas en l'espèce», avait pour sa part souligné le rapporteur Stéphane Le Rudulier (LR).

Le centriste Philippe Bonnecarrère avait quant à lui souhaité «éclairer un point de procédure» sur l'avenir de l'amendement. Après le vote négatif, «son rejet sera définitif», avait-il assuré, invoquant «la jurisprudence du Conseil constitutionnel».

«Tripatouillage», «bricolage», les sénateurs de tous bords avaient critiqué la méthode et énuméré une série de questions pratiques : combien de machines à voter ? Qui va les payer ? Qui en sera responsable ? Quelle date pour le scrutin anticipé ? Quid des législatives ? «Quelles sont les intentions réelles du gouvernement ?», avait aussi feint de s'interroger Eric Kerrouche (PS), pour qui l'intention était «un piège grossier pour le Sénat».

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»