«Justice pour Julie» : nouvelles manifestations à Paris et dans plusieurs villes

«Justice pour Julie» :  nouvelles manifestations à Paris et dans plusieurs villes© Charles Baudry
Vidéo
Manifestantes sur la place Saint-Michel (VIe arrondissement) à Paris.
Suivez RT France surTelegram

Des militantes féministes ont de nouveau manifesté le 7 février pour demander la requalification en viol par la justice des charges retenues contre plusieurs pompiers accusés d'avoir abusé d'une adolescente mineure il y a une dizaine d'années.

«Justice complice !», c'est avec ce mot d'ordre qu'environ 300 manifestantes se sont réunies à Paris sur la place Saint-Michel (VIe arrondissement) pour demander à la justice la requalification des charges retenus contre des pompiers qu'elles accusent de viol sur une adolescente.

Les faits se sont produits entre 2008 et 2010. Julie, une mineure de 14 ans au moment des faits, avait eu des rapports avec environ 20 pompiers, pour la plupart en poste à la caserne de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine).

Elle a entretenu une relation suivie avec l'un d'eux pendant près d'un an, mais a dénoncé des rapports non consentis, notamment un après-midi chez ce pompier qui se trouvait avec deux collègues.

Auteur: RT France

Trois pompiers étaient mis en examen jusqu'en 2019 pour viol (passible des assises), faits requalifiés plus tard en simple «atteinte sexuelle» et renvoyés en correctionnelle, décision confirmée en novembre dernier par la cour d'appel de Versailles. La cour de cassation doit se prononcer le 10 février sur cette décision.

«Nous demandons la cassation totale de l'arrêt de la honte de la cour [d'appel] de Versailles», a twitté Corinne Leriche, la mère de Julie, qui dénonce une «impunité des violeurs». «Si cet arrêt est cassé ça veut dire que les 20 pompiers retournent devant un juge d'instruction et là on espère qu'effectivement ils pourront répondre de leur crime devant la justice», a expliqué cette dernière à RT France. 

Plusieurs appels à manifester ont été lancés en France, notamment à Marseille, Lyon, Strasbourg ou encore Versailles. 

Présente à la mobilisation parisienne, notamment la députée insoumise Clémentine Autain a écrit sur Twitter : «Beaucoup de monde au rassemblement #JusticePourJulie, à Paris et ailleurs. La décision de la cour d'appel est scandaleuse et je lui apporte tout mon soutien pour le dur combat qu'il reste à mener». Présente elle aussi, l'élue parisienne EELV Alice Coffin a estimé auprès de l'AFP, que cette affaire est le reflet d'«un système général, en l'occurrence ici de la justice, qui est complice de la culture du viol».

Les avocates de Julie dénoncent quant à elles l'attitude de la police et de la justice envers la plaignante dès le début de la procédure : «Ce sont les agissements des institutions, des juges, des enquêteurs, des experts qui révèlent à quel point notre système judiciaire et son produit, la jurisprudence, sont profondément pollués par l’idéologie sexiste et archaïque», a notamment déclaré Lorraine Questiaux à l'Humanité.

La veille, des militantes Femen s'étaient livrées à une action seins nus devant le ministère de la Justice place Vendôme à Paris (Ier arrondissement) pour les mêmes raisons. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix