Le détenu pour terrorisme Salah Abdeslam coûte 433 000 euros par an à la France

Le détenu pour terrorisme Salah Abdeslam coûte 433 000 euros par an à la France© Charles Platiau Source: Reuters
Cliché pris dans la prison de Fleury-Mérogis, dans laquelle est actuellement détenu Salah Abdeslam, mis en cause dans les attentats du 13 novembre 2015 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Mis en examen pour son rôle présumé dans les attentats du 13 novembre 2015, Salah Abdeslam coûte à l'Etat français 433 000 euros par an dans le cadre de sa surveillance et de sa détention à la prison de Fleury-Mérogis.

Il aura fallu plus d'un an et demi – exactement 560 jours – pour que le ministère de la Justice réponde précisément, le 2 février 2021, à la question écrite posée le 23 juillet 2019 par le député Sébastien Chenu (non-inscrit, par ailleurs porte-parole du Rassemblement national) concernant le coût annuel de la détention et de la surveillance de Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir participé à la conception, l'organisation et la réalisation des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), qui ont fait 130 morts et plusieurs centaines de blessés.

Huit agents de surveillance et cinq cellules dédiées

Dans sa réponse mise en ligne sur le site de l'Assemblée nationale et publiée au Journal officiel, le ministère de la Justice explique : «S'agissant du coût de sa surveillance par les services pénitentiaires, celui-ci se décompose de la façon suivante. 397 340 euros par an (en moyenne) au titre des dépenses de personnel : Salah Abdeslam fait l'objet d'une surveillance permanente par une équipe dédiée composée de huit agents […] qui se répartissent sur trois postes de surveillance (un poste "jour" et deux postes "nuit") et permettent ainsi une veille continue [ainsi que] 97 €/jour, soit 35 405 euros par an pour la nourriture, le blanchiment de son linge, le chauffage de sa cellule.» Soit un total de 432 745 euros.

Le ministère ajoute que 16 020 euros avaient été dépensés «au titre du système de vidéo-protection mis en place», précisant qu'il ne s'agissait pas d'une dépense récurrente, tout comme les 189 552 euros «pour le brouillage à proximité de sa cellule afin d'empêcher toute communication téléphonique illicite».

«Pour la détention de S. Abdeslam, cinq cellules sont mobilisées : une cellule vidéo-surveillée qu'il occupe, une laissée libre et équipée en cas d'incident, une dans laquelle est installé le dispositif de surveillance, et enfin une dernière cellule équipée d'un rameur et d'un vélo, également vidéo-surveillée, qu'il utilise occasionnellement. La dernière cellule voisine est laissée vide, par sécurité», explique encore le ministère.

Dans un article publié le 5 février, nos confrères de Capital ajoutent que ces dépenses mises bout à bout «font sans doute de Salah Abdeslam le détenu le plus cher de France».

Selon les dernières informations rapportées par les médias, le procès des attentats de novembre 2015 pourrait se tenir dans le dernier tiers de l'année 2021, possiblement en septembre.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»