La mère d'une Française détenue en Syrie fait appel à Brigitte Macron pour rapatrier sa fille

La mère d'une Française détenue en Syrie fait appel à Brigitte Macron pour rapatrier sa fille© Delil SOULEIMAN Source: AFP
Un garde et des détenus en cours de libération au camp d'al-Hol en Syrie, le 28 janvier 2021 (image d'illustration).

Pascale Descamps, la mère d'une Française emprisonnée avec ses enfants en Syrie après avoir rejoint Daesh, entame une grève de la faim et en appelle à une intervention de l'épouse du président français, Brigitte Macron, pour rapatrier sa fille.

Selon les informations du Figaro, Pascale Descamps a entamé une grève de la faim le 1er février pour demander l'aide de l'Etat français dans le rapatriement de sa fille détenue en Syrie avec ses enfants après avoir rejoint Daesh en 2015.

La demande de la mère de cette femme de 32 ans, convertie à l'islam, est appuyée par un courrier du Centre national d'accompagnement familial face à l'emprise sectaire (Caffes) à Brigitte Macron, l'épouse du président de la République. Le centre précise que la détenue souffre d'un «cancer du côlon à un stade très avancé» et que ses enfants seraient eux-mêmes malades : «Aucun d'eux n'a d'accès aux soins nécessaires et une intervention chirurgicale sur place reviendrait à encore réduire les chances de survie de sa fille, l'hygiène et les conditions de vie étant plus que médiocres, comme vous le savez très certainement.»

Concernant le parcours de la trentenaire détenue au camp de Roj 2 contrôlé par les Kurdes, Le Figaro décrit un départ de France «avec ses trois enfants et son compagnon djihadiste, tué quelques mois plus tard» et ajoute : «Remariée à un autre membre du groupe Etat islamique (EI), lui aussi tué, elle a eu un quatrième enfant sur place.»

L'association appelle donc à la clémence et souligne dans son courrier à la femme du chef d'Etat : «Mme Pascale Descamps souhaite simplement pouvoir prendre sa fille dans ses bras et l'accompagner avant que celle-ci ne succombe à la maladie en laissant quatre orphelins. Elle n'est pas dangereuse, ses petits non plus.»

Pascale Descamps, citée par Le Figaro, déclare qu'elle veut voir sa fille «traitée humainement» et assure : «Elle a des comptes à rendre et elle va l'assumer. Si elle survit, elle ira en prison.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»