Trop de femmes directrices à la mairie de Paris : l'amende de 90 000 euros annulée

- Avec AFP

Trop de femmes directrices à la mairie de Paris : l'amende de 90 000 euros annulée© JOEL SAGET Source: AFP
Anne Hidalgo prononce un discours de victoire à l'élection municipale parisienne le 28 juin 2020, Paris (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'amende de 90 000 euros à laquelle la mairie de Paris avait été condamnée par la justice pour avoir nommé trop de femmes à des postes de direction ne sera pas payée. Le ministre de la Fonction publique a rencontré Anne Hidalgo à ce sujet.

Le ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, a annoncé ce 27 janvier 2021 l'annulation de l'amende administrative de 90 000 euros infligée à la Ville de Paris pour avoir nommé trop de femmes à des postes de direction en 2018.

Le ministre a précisé dans un communiqué adressé à l'AFP avoir annoncé au maire Anne Hidalgo que «cette amende n’était pas due» et l'avoir encouragée à «consacrer ces fonds à maintenir cette dynamique positive». 

Anne Hidalgo est arrivée ce 27 janvier au matin au siège du ministère accompagnée de plusieurs femmes élues de la mairie de Paris, sous l'œil des caméras et des photographes, pour échanger avec Amélie de Montchalin. Le maire de Paris a déclaré à la presse : «S'il n'y a pas un volontarisme et une détermination sans faille on n'arrivera pas à percer ce plafond de verre. [...] Il faut forcer beaucoup plus les possibilités pour les femmes d'accéder à des postes à responsabilité.»

La mairie de Paris s'était vu infliger en décembre une amende de 90 000 euros pour avoir procédé à la nomination, dans de nouveaux emplois, de 11 femmes contre cinq hommes à des postes de directeurs et sous-directeurs en 2018.

Un taux de nominations féminines de 69% qui contrevenait à l'obligation, en vigueur en 2018, de respecter un quota minimum de 40% de membres de chaque sexe afin d'assurer une représentation équilibrée des femmes et des hommes, avait expliqué le ministère de la Fonction publique à l'époque.

L'annonce de l'amende avait été accueillie avec stupéfaction en France, et avait été relayée par la presse internationale. Amélie de Montchalin avait estimé que cette mesure était «absurde» et que la «cause des femmes mérit[ait] mieux».

«L’amende de 90 000 euros [était] au titre d’un dispositif issu de la loi Sauvadet de 2012, que le gouvernement a abrogé par la loi de transformation de la fonction de publique votée en juin 2019», a précisé Amélie de Montchalin ce 27 janvier, ajoutant : «Cette décision d’abrogation prise dès 2017 s’expliquait par le caractère évidemment absurde et contre-productif de cette disposition en matière de lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes dans les administrations et collectivités territoriales.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»