Cécilia Attias, ex-Sarkozy, au cœur d'une enquête du Canard sur son emploi d'attachée parlementaire

Cécilia Attias, ex-Sarkozy, au cœur d'une enquête du Canard sur son emploi d'attachée parlementaire© Charles Platiau Source: Reuters
Nicolas Sarkozy et Cécilia Attias, ici à Paris en 1995 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le poste de Cécilia Attias comme assistante parlementaire de la suppléante de Nicolas Sarkozy en 2002 était-il un emploi fictif ? C'est en tout cas ce que laisse entendre une enquête du Canard enchaîné publiée ce 13 janvier.

Une enquête parue ce 13 janvier dans le Canard enchaîné révèle que l'ancienne épouse de Nicolas Sarkozy, Cécilia Attias, aurait bénéficié d'un emploi à mi-temps d'assistante parlementaire auprès de la députée des Hauts-de-Seine Joëlle Ceccaldi-Raynaud entre 2002 et 2003, lorsque cette dernière suppléait Nicolas Sarkozy, devenu ministre de l’Intérieur.

La bagatelle perçue par la seconde femme de Nicolas Sarkozy n'était pas négligeable : 3 088 euros nets mensuels pour 75 heures de travail par mois, soit «l'équivalent pour un temps plein de 8 000 euros d'aujourd'hui [inflation comprise]», précise l'hebdomadaire.

Pourtant selon cette enquête, «pas un article, pas le moindre reportage, pas un seul des multiples ouvrages consacrés à l’ex-première dame ne mentionne son boulot d’attachée parlementaire auprès de la députée de Puteaux».

Une affaire aujourd'hui prescrite

Le cabinet de Nicolas Sarkozy, joint par l'hebdomadaire, ne nie pas l'existence du contrat et précise que la situation a duré neuf mois à l'époque. Problème : le Canard enchaîné rappelle que Cécilia Attias «assistait Sarko à plein temps au ministère de l'Intérieur – comme elle le soulignait elle-même»... en même temps qu'elle était employée à mi-temps à l'Assemblée nationale auprès de la suppléante du ministre.

L'article souligne à ce propos que Cécilia Attias mettait à l'époque en avant son rôle auprès de son mari ; elle disposait d'ailleurs d’un bureau place Beauvau, alors qu'elle n'en avait pas à la mairie de Neuilly-sur-Seine, pourtant mentionné comme son lieu de travail sur son contrat.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, elle, coupe court au téléphone lorsque l'hebdomadaire satirique lui demande de justifier ce poste : «Oulalah mais vous remontez loin ! Je n'ai rien à vous dire !» L'affaire est effectivement prescrite. Auprès de l'AFP, l'avocat de cette dernière a précisé qu'il n'y avait «aucune matière délictuelle dans ces faits», ajoutant que «l'absence de réalité du travail [restait] à démontrer». Avant de souligner la prescription pénale des faits : «Le délai est de six ans.»

«L’engagement professionnel de Cécilia Sarkozy au long de la vie politique de Nicolas Sarkozy de 1988 jusqu'en 2007 était de notoriété publique, en témoignent, si besoin en était, les nombreux articles de presse publiés sur le sujet. Elle était notamment très impliquée à Neuilly-sur-Seine et plus globalement dans la 6e circonscription des Hauts-de-Seine dont son mari fut le député», a pour sa part affirmé à l'AFP l'entourage de l'ancien président de la République avant de préciser : «Lorsque [Nicolas Sarkozy] est devenu ministre de l'Intérieur en juillet 2002, elle a continué d'assurer un suivi des dossiers par un contrat à mi-temps d'assistante parlementaire auprès de Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui avait succédé à Nicolas Sarkozy à l'Assemblée nationale, fonction qu'elle a occupée 9 mois jusqu'en mars 2003».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix