Fermeture des domaines skiables en France : la mairie de Châtel aux couleurs de la Suisse

Fermeture des domaines skiables en France : la mairie de Châtel aux couleurs de la Suisse© Denis Balibouse Source: Reuters
images
Un drapeau suisse est représenté sur le Palais fédéral (Bundeshaus) à Berne, Suisse, le 7 décembre 2018. (illustration)

L'édile de Châtel en Haute-Savoie a fait pavoiser sa mairie de drapeaux suisses pour protester symboliquement contre la fermeture des domaines skiables en France, notamment dans sa région, alors qu'il est possible de skier en Suisse voisine.

«On a voulu marquer symboliquement et pacifiquement notre attachement à faire participer les acteurs locaux, les élus, à une décision qui nous paraît devoir être concertée». Nicolas Rubin, le maire de Châtel (Haute-Savoie), cité par France Bleu, est bien décidé à exprimer son désaccord avec la décision du gouvernement français de fermer les domaines skiables. Pour se faire entendre, il a ostensiblement fait hisser des drapeaux suisses sur le fronton de sa mairie depuis la fin novembre. 

Car en Suisse, il est possible de skier, contrairement à la Savoie et la Haute-Savoie, où règnent des restrictions liées à la crise sanitaire. Nicolas Rubin dénonce le «manque d’écoute, de concertation», et des «décisions prise trop tôt».

Emmanuel Macron a fait savoir le 1er décembre que le gouvernement envisageait de prendre «des mesures restrictives et dissuasives» pour empêcher les Français d'aller skier à l'étranger, notamment en Suisse, à Noël alors que les remontées mécaniques seront fermées en France. France Bleu rapporte que certaines stations de ski suisses proposent aux skieurs Français de venir les chercher en bus passant outre la décision du gouvernement français de fermer les remontées mécaniques au moins jusqu'à la mi-janvier. 

Face à la grogne des professionnels de la montagne, le gouvernement de Jean Castex a annoncé une série de mesures d'aide, notamment une indemnisation des remontées mécaniques fermées en décembre, et un dispositif de chômage partiel avec «un reste à charge zéro» pour les saisonniers. La décision de fermer les stations a provoqué colère et inquiétude du secteur, relayées par de nombreux élus locaux.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»