Stations de ski : des professionnels inquiets manifestent (IMAGES)

- Avec AFP

Stations de ski : des professionnels inquiets manifestent (IMAGES)© OLIVIER CHASSIGNOLE Source: AFP
«Nous sommes une montagne vivante !». Deux manifestants tiennent une affiche portant cette inscription , lors du rassemblement le 2 décembre, à Bourg-Saint-Maurice, en Savoie.

Face à la décision du gouvernement de fermer les remontées mécaniques pendant la période de Noël, plusieurs centaines de personnes ont manifesté en Savoie et en Isère.

Environ 600 personnes ont manifesté à Bourg-Saint-Maurice, en Savoie, pour réclamer le droit de travailler dès la période de Noël, en dépit du veto gouvernemental

«Le sentiment de ne pas être écoutés»

La foule, massée devant la gare – symbole des équipements publics nécessaires à la vie des vallées – a brandi des cœurs rouges brisés pour exprimer «le sentiment de ne pas être écoutés», a expliqué Jean-Luc Boch, maire de La Plagne et président de l'Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM).   

Les habitants des communes-stations de la vallée de Haute-Tarentaise avaient fait le déplacement : Sainte-Foix Tarentaise, Val-d'Isère, Tignes... La vallée comprend quelque 16 000 habitants à l'année.

«Notre activité économique dépend en grande partie du tourisme et là on ressent comme une injustice d'avoir été les seuls mis de côté pour la reprise de mi-décembre», a confié Guillaume Desrues, maire de Bourg-Saint Maurice/Les Arcs. 

«On ne sait même pas ce que l'on a le droit de faire ! Pourra-t-on ouvrir le domaine skiable même sans remontée pour de la luge ou des raquettes ?», s'est indigné Guillaume Desrues qui réclame «des règles claires et une date fixe pour les remontées mécaniques». 

«On ne sait même pas quand on va pouvoir travailler»

Moniteur de ski indépendant, Dominique Pistre avait 14 jours d'engagements avec des clients pour les vacances qui ont annulé après les dernières annonces du gouvernement d'un Noël sans ski.

«Je suis inquiet. Si je ne skie pas à Noël, je suis à découvert le mois prochain et on ne sait même pas quand on va pouvoir travailler», a dénoncé le sexagénaire. 

Si je ne skie pas à Noël, je suis à découvert le mois prochain

A côté de lui, cinq copains de 18 à 20 ans, qui comptaient se lancer dans la vie active. Pour Baptiste, Adrien, Tom, Léo et Ilan, la saison est bouchée. Leurs contrats de déneigeurs, d'employés de remontées mécaniques, d'extra en restauration ou de formation de monitorat de ski sont tous gelés. «Va falloir qu'on se forme à autre chose, les gars !», se désole l'un d'entre eux. 

Une manifestation similaire se déroulait au même moment à Bourg d'Oisans, dans l'Isère, avec les mêmes revendications pour les stations du département voisin et de ses massifs de l'Oisans, de Belledonne, du Vercors et de la Chartreuse. Elle a réuni 1 200 personnes, selon la préfecture.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»