Des journalistes de Quotidien dénoncent à la police une prière de rue catholique, la droite indignée

Des journalistes de Quotidien dénoncent à la police une prière de rue catholique, la droite indignée© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Une messe virtuelle au temps du confinement (image d'illustration).

Plusieurs personnalités, en majorité de droite, se sont indignées des pratiques de journalistes de l'émission Quotidien que l'on voit lors d'un reportage dénoncer à la police des catholiques priant sur le parvis d'une église, en plein confinement.

«Indic’ ou journalistes ?» : à l'instar de cette publication partagée plusieurs centaines de fois, de nombreux internautes et personnalités, notamment de droite, se sont indignés d'une séquence extraite d'un reportage du talk-show Quotidien (TMC).

Diffusée le 16 novembre sur les réseaux sociaux, la séquence consacrée aux «manifestations de croyants organisées en plein confinement», montrait des fidèles réciter une prière devant le parvis d'une église de Rennes, alors que les messes ont été interdites en vertu des règles sanitaires anti-Covid.

S'interrogeant sur la non-intervention des forces de l'ordre, la journaliste est alors filmée, s'adressant aux policiers : «Là ils ont prié [...] Ils viennent de prier !»

Après lui avoir rétorqué qu'il n'avait pas «entendu», le membre des forces de l'ordre prend alors des photos des fidèles récitant un Notre Père. La journaliste, expliquant vouloir déterminer ce qui est «autorisé ou non» repart à la charge. Le policier finit par estimer qu'il s'agit plutôt de «chants religieux», de l'ordre de la «revendication», alors que plusieurs rassemblements avaient lieu en France pour dénoncer la fermeture des lieux de culte catholiques.

Selon le magazine conservateur Valeurs actuelles, dans une autre séquence, la journaliste aurait également interpellé des policiers pour leur rappeler que «le ministre de l’Intérieur souhaitait que l’on verbalise dès ce week-end».

«Journaliste ou auxiliaire de police ?», s'interrogent certains

Plusieurs personnalités politiques de droite ont réagi, dont Nicolas Dupont-Aignan qui a décrié des «pratiques minables» assimilées à de la «délation».

Dénonçant un deux-poids deux-mesures avec les prières de rues musulmanes, la vice-présidente du parti Debout La France Anne-Sophie Frigout a fait savoir qu'elle avait «hâte de voir Quotidien dénoncer» une prière de rue ayant eu lieu à Clichy.

«Regardez les collabos de Quotidien à l’œuvre : les années sombres !», s'est ému l'eurodéputé et membre du Rassemblement national (RN) Gilbert Collard.

«Scène incroyable de journalisme... Mais bon, c'est Quotidien donc ça passe. Et les cibles sont des cathos, ça passe encore mieux», a tweeté Jules Torres, journaliste de Valeurs actuelles.

Certains, en dehors de la droite, ont également réagi. «Journaliste ou auxiliaire de police ?», s'est ainsi interrogé le rédacteur en chef numérique de France inter Stéphane Jourdain, qualifiant les images de «gênantes».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»