En plein confinement, la soirée d’Halloween entachée de violences dans plusieurs villes de France

- Avec AFP

En plein confinement, la soirée d’Halloween entachée de violences dans plusieurs villes de France© Thomas Soex Source: AFP
Un policier de la BAC, le 16 octobre à Paris (image d'illustration).

En plein confinement, plusieurs villes de France ont été le théâtre de violences lors de la soirée d'Halloween. Des fonctionnaires de police ont été pris pour cible ainsi que des bus, des véhicules et du mobilier urbain.

Bus incendié ou caillassé, jets de projectiles et tirs de mortiers d'artifice visant des policiers : en plein confinement, plusieurs villes des Yvelines, ainsi que Bordeaux ou Strasbourg, ont été le théâtre d'incidents lors de la soirée d'Halloween, dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, selon l'AFP qui cite des sources policières.

A Sartrouville, les pompiers sont intervenus vers 23 heures pour l'incendie d'un bus, vide de passager. «Le conducteur a pu s'extraire au moment où il aperçoit le véhicule qui est en feu, donc il n'y a pas de blessé», ont précisé les pompiers à l'AFP. Aux Mureaux, vers 22 heures, une quinzaine de personnes ont jeté «des projectiles» en direction d'une équipe de policiers «sans les atteindre», selon une source policière, qui ajoute que les fonctionnaires ont utilisé des grenades lacrymogènes.

Entre autres incidents : à Poissy, des policiers ont été visés vers 23 heures par «une vingtaine» de tirs de mortiers d'artifice, selon la même source. Ils ont notamment fait usage de lanceurs de balles de défense (LBD), mais aucun blessé n'a été recensé. Dans la petite commune de La Verrière, après avoir été pris pour cible par «des projectiles», les policiers ont là aussi fait usage de LBD ainsi que d'une grenade de désencerclement.

Des incidents ont aussi eu lieu à Chanteloup-les-Vignes et à Montigny-Le-Bretonneux, d'après cette même source. Selon une autre source policière, les fonctionnaires ont fait usage de 23 tirs d'armements collectifs sur le département. Ces dernières années, la fête d'Halloween a été l'occasion de violences urbaines dans différentes villes de France.

Il y a une atteinte à la vie humaine

A Bordeaux, la carrosserie d'un fourgon de CRS a été percée par un projectile le 31 octobre au soir dans le quartier sensible des Aubiers, où ces policiers étaient en patrouille. Le trou «pourrait correspondre à celui d'un objet métallique tiré par une fronde», a indiqué à l'AFP la police. Selon cette source, le tireur n'a pas pu être localisé.

A Bordeaux, des policiers visés à l'acide

Une bouteille d'acide a également été jetée aux pieds des policiers, sans pour autant les blesser. «Il y a très souvent des accrochages avec la police dans ce quartier, mais là on a passé un cap. Il y a une atteinte à la vie humaine», a déclaré auprès de France 3 Nouvelle-Aquitaine Bruno Vincendon, du syndicat Alternative Police.

Dans un autre quartier sensible de la ville, un bus a été caillassé par une dizaine de personnes, selon la police. Plusieurs vitres ont été brisées à l'avant du véhicule, près du poste du chauffeur, sans faire de blessés.

A Strasbourg, selon le procureur adjoint, Laurent Guy, «cinq personnes interpellées sont directement en lien avec des violences urbaines» dans la métropole alsacienne ou dans sa proche banlieue, sans autre précision sur les circonstances des incidents. «Il n’y a pas de blessé parmi les forces de l’ordre» et «pour l’instant les investigations se poursuivent», a ajouté le magistrat.

En Meurthe-et-Moselle, quatre véhicules ont été incendiés et un autre retourné à Mont-Saint-Martin, selon la magistrate de permanence Caroline Joya. Au total, une quinzaine de jeunes ont pris à partie les forces de l'ordre, lesquelles ont essuyé des tirs de mortiers et répondu avec des grenades lacrymogènes, a-t-elle expliqué. Les incidents ont débuté lorsque des policiers se sont approchés d'un premier véhicule en feu et ont vu s'enfuir une dizaine de jeunes, a-t-elle précisé. Il n'y a eu ni blessé ni interpellation, a encore indiqué la magistrate.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»