Drapeaux turcs, «Allah akbar» et gaz lacrymogène : nouvelle manifestation à Dijon

- Avec AFP

Drapeaux turcs, «Allah akbar» et gaz lacrymogène : nouvelle manifestation à Dijon© REUTERS/Khalil Ashawi
images
Drapeau turc (image d'illustration).

Une manifestation de la communauté turque à Dijon dans la soirée du 29 octobre a été dispersée par du gaz lacrymogène. Sur fond de tensions entre communautés, les démonstrations de force pro-turques se succèdent ces derniers jours.

Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène, le soir du 29 octobre, contre une soixantaine de membres de la communauté turque manifestant à Dijon, au lendemain d'une démonstration de force similaire près de Lyon.

Des vidéos diffusées sur Twitter montraient des dizaines de manifestants brandissant des drapeaux turcs et criant «Allah Akbar» ("Dieu est le plus grand", en arabe) dans le centre de Dijon. Certains affichaient le geste des «Loups Gris», une organisation ultra-nationaliste turque.

Les manifestants ont été repoussés par des tirs de gaz lacrymogène. «Il s'agit d'une manifestation, rien de plus», a précisé la préfecture.

Autre son de cloche du côté de la droite : le député LR Eric Ciotti a appelé à arrêter et expulser ces «islamistes turcs», alors que l'eurodéputé RN Nicolas Bay a tweeté : «L’unité nationale ? Le vivre-ensemble ? PAS AVEC EUX !»

La veille au soir, les forces de l'ordre étaient déjà intervenues pour empêcher plusieurs dizaines de membres de la communauté turque d'en découdre avec des Arméniens à Décines-Charpieu, ville de la banlieue lyonnaise qui abrite le mémorial du génocide arménien, comme l'avait fait savoir la préfecture du Rhône.

Cette manifestation était intervenue après une tentative de blocage, le matin, du péage de Vienne (Isère), au sud de Lyon, par des militants pro-Arménie qui avait dégénéré lorsque des militants pro-Turcs avaient fait irruption dans le rassemblement, selon la presse locale. Les affrontements ont fait quatre blessés, dont l'un frappé à coups de marteau. La préfecture de l'Isère avait de son côté évoqué des «échauffourées» avec des automobilistes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»