«Economiquement c'est une mise à mort» : les PME dépitées après les annonces de Macron

«Economiquement c'est une mise à mort» : les PME dépitées après les annonces de Macron© CHRISTIAN HARTMANN Source: Reuters
Le président de la République Emmanuel Macron.

L'annonce d'un reconfinement national par Emmanuel Macron a été très mal reçue par les représentants des PME, inquiets pour leur survie. Côte politique, l'opposition fustige l'échec de la gestion de la crise sanitaire par le chef de l'Etat.

Alors qu'Emmanuel Macron a annoncé le retour d'un confinement national à partir du vendredi 30 octobre, les réactions se multiplient, notamment de la part des organisations qui représentent les petites et moyennes entreprises, premières victimes de ces nouvelles restrictions.

«Economiquement c'est une mise à mort quelque part, s'il n'y a pas un plan de soutien à la hauteur des efforts qu'on leur demande [...]. Nous attendons maintenant des éléments précis pour être rassurés», fait ainsi savoir François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), à l'AFP.

François Asselin déplore l'absence de mesures concrète de soutien pour le PME/TPE : «Rien de nouveau malheureusement pour les entreprises qui vont être fortement impactées. J'attends vraiment qu'on règle le problème des loyers, qu'on fasse en sorte que leurs pertes d'activité puissent être compensées, parce qu'il n'y aura pas d'autre alternative que d'aller au tribunal de commerce.»

De nombreux dirigeants de sociétés vont mettre un genou à terre

Un discours repris dans les grandes lignes par le vice-président de la CPME, Eric Chevée : «La fermeture des commerces dits "non essentiels" constitue une vraie injustice. C’est une véritable catastrophe pour les entreprises concernées, d’autant que l’annonce du président de la République intervient à une période de l’année où beaucoup d’entre elles réalisent une part substantielle de leur chiffre d’affaires, à quelques semaines des fêtes de Noël», explique-t-il, dans des propos rapportés par Le Monde. «De nombreux dirigeants de sociétés vont mettre un genou à terre. Les aides qui leur sont proposées pour absorber le choc ne sont pas à la hauteur des pertes d’exploitation potentielles», constate-t-il.

Même son de cloche du côté du patronat, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux estimant que le reconfinement allait «provoquer des dégâts économiques et humains considérables». Geoffroy Roux de Bézieux assure ainsi comprendre le «désarroi et la colère» des commerçants qui sont «pénalisés» alors que «ce n'est pas dans les commerces que se fait la contamination mais dans la sphère privée». Avec d'après lui une facture extrêmement salée à venir : entre 50 et 75 milliards d'euros de produit intérieur brut.

Roland Héguy, le président de l'Union des métiers des industries de l'hôtellerie (Umih), le principal syndicat de l'hôtellerie, se désole pour sa part que les bars et restaurants soient «montrés du doigt». «On a l'impression que ce sont nous qui propageons l'épidémie. A partir de ce week-end des milliers de commerçants n'auront plus un euro de recette mais toujours des charges fixes. 30% de nos entreprises risquent de ne pas survivre», confie-t-il à l'AFP. 

«Gestion erratique de la crise et l’absence d’anticipation»

Côté politique, c'est davantage la gestion de la crise par le gouvernement qui a été critiquée, que l'annonce du reconfinement elle-même. «Nous respecterons bien sûr les consignes, mais je persiste à dire que la gestion erratique de la crise et l’absence d’anticipation de cette 2ème vague sont la raison de décisions qui seront très dures à surmonter pour beaucoup de nos compatriotes et de nos entreprises», a ainsi tweeté la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen.

Les Républicains aussi ont dénoncé un «échec cinglant» de la gestion de la crise par Emmanuel Macron, à l'instar de Bruno Retailleau, président des sénateurs Les Républicains. Le président a pris «des mesures sous la contrainte, en prenant en compte très partiellement une partie des conséquences désastreuses sur le plan économique du confinement du printemps. Sur le plan de la santé il a tenté de justifier l’injustifiable car rien n'a été fait pendant huit mois», a de son côté affirmé à l'AFP Christian Jacob, président de LR.

Une analyse partagé par Boris Vallaud, député PS des Landes, dans les colonnes du Monde : «Ce reconfinement est un échec de la stratégie du gouvernement et du président, qui nous assurait pourtant le 14 juillet que la France était prête pour affronter une deuxième vague. Quelles leçons l’exécutif a-t-il véritablement tirées de la première vague ? La question est posée. Notre soutien à cette décision est un oui de colère et un oui de responsabilité.»

En des termes cinglants, Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise, a dénoncé sur Twitter l'échec du déconfinement de l'été. «L'épidémie est hors de contrôle. Le président aussi. Aucune leçon tirée. Tous les foyers de contamination restent ouverts. Mais que reste-t-il de nos vies ? Nous respecterons la discipline sanitaire. Mais sans cautionner ce pilotage incohérent.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»