Gérald Darmanin demande la protection d'un maire menacé de décapitation

- Avec AFP

Gérald Darmanin demande la protection d'un maire menacé de décapitation© Ludovic MARIN Source: AFP
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin lors d'un déplacement au commissariat de Saint-Ouen, le 25 septembre 2020 (image d'illustration)

Des inscriptions menaçant de décapitation le maire d’une commune de la métropole de Lyon ont été découvertes dans trois lieux différents du même quartier. Des menaces qui ont poussé le ministre de l'Intérieur à demander la protection de l’élu.

Le 23 octobre, les habitants de Bron (Rhône) ont pu lire sur une palissade et sur la médiathèque de cette commune de 41 000 habitants des tags menaçant leur maire et insultant la police municipale. Ces inscriptions − «Jérémy Bréaud on va te décapité !» (sic) et «nik la mumu» (en référence à la police municipale) − ont été réalisées moins d'une semaine après l'assassinat par décapitation du professeur d'histoire Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine.

Le maire a annoncé qu’il allait déposer plainte. Prenant également la menace au sérieux, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé qu’à sa demande, le préfet allait «saisir la justice et prévoir une protection de l’élu». «Soutien à ce maire, comme à tous les élus victimes de menaces», a poursuivi Gérald Darmanin dans un message posté sur Twitter.

«Ma première réaction, c'est un sentiment de stupéfaction et d’effarement», a déclaré Jérémie Bréaud, joint par téléphone par l'AFP. Mais le maire affirme ne pas avoir peur et qu’il ne «cédera rien». Ce membre des Républicains a été élu cette année «sur la thématique de la sécurité publique», précise-t-il. Le maire a expliqué sur BFMTV que son «travail de reconquête des territoires perdus gêne une certaine minorité d’individus».

L'Association des maires de France (AMF) a pour sa part dénoncé des menaces «inacceptables» dont les auteurs doivent être «sanctionnés».

Le syndicat d'officiers de police Synergies a quant à lui affirmé que «la fermeté ne plaît pas à la racaille» et que «les élus sont désormais des cibles», avec le hashtag «ensauvagement».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»