Samuel Paty : «A aucun moment je n'ai déclaré aux élèves : "Les musulmans, vous pouvez sortir"»

Samuel Paty : «A aucun moment je n'ai déclaré aux élèves : "Les musulmans, vous pouvez sortir"»© Anne-Christine POUJOULAT Source: AFP
Le collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) où enseignait Samuel Paty (image d'illustration du 19 octobre).

France télévisions a pu récupérer le procès verbal de l'audition de Samuel Paty au commissariat de police alors qu'une plainte d'un parent d'élève l'incriminait. L'enseignant est resté droit dans ses bottes, assumant son cours.

Le 20 octobre, France télévisions a pu récupérer le procès verbal du professeur d'histoire Samuel Paty, décapité par un islamiste le 16 octobre. L'enseignant avait dû se rendre au commissariat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le 12 octobre, après une plainte d'un parent d'élève, pour s'expliquer sur son cours dans lequel il avait dévoilé des caricatures de Mahomet publiées par Charlie hebdo.

La plainte portait sur «la diffusion d'images pornographiques» du prophète, lors d'un cours d'enseignement moral et civique délivré le 6 octobre. Le professeur déclare avoir «proposé aux élèves de voir ou de ne pas voir une des caricatures émanant de Charlie Hebdo selon leur sensibilité».

«J'avais proposé à mes élèves de détourner le regard quelques secondes s'ils pensaient être choqués pour une raison ou pour une autre», avait poursuivi Samuel Paty.

Alors que le parent d'élève accusait le professeur d'avoir demandé aux musulmans de quitter le cours, Samuel Paty avait contesté : «A aucun moment je n'ai déclaré aux élèves : "Les musulmans, vous pouvez sortir car vous allez être choqués." Et je n'ai pas demandé aux élèves quels étaient ceux qui étaient de confession musulmane. Mon objectif quand je leur ai demandé de détourner le regard était qu'ils ne se sentent pas froissés. Je n'ai commis aucune infraction dans le cadre de mes fonctions.»

Concernant la fille de l'auteur de la vidéo, qui avait incriminé le professeur, celle-ci n'était pas présente en classe, comme l'a expliqué Samuel Paty : «Elle a inventé un récit au travers de rumeurs d'élèves. Il s'agit d'une fausse déclaration dans le but de nuire à l'image du professeur que je représente, du collège et de l'institution.»

L'enquête judiciaire a depuis confirmé l'absence en cours de l'élève accusatrice. France télévisions fait savoir qu'en retour, Samuel Paty avait porté plainte pour «diffamation publique».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»