«On s'était habitué à être une société d'individus libres» : la phrase de Macron qui ne passe pas

«On s'était habitué à être une société d'individus libres» : la phrase de Macron qui ne passe pas© Fred TANNEAU / AFP Source: AFP
Français regardant l'intervention d'Emmanuel Macron le 14 octobre

Le président de la République a annoncé lors d'un entretien télévisé un couvre-feu de 21h à 6h pour lutter contre l'épidémie de Covid. Mais une phrase de son intervention a particulièrement retenu l'attention... et suscité l'inquiétude.

«On s'était habitué à être une société d'individus libres. Mais nous sommes une nation de citoyens solidaires. Nous avons besoin les uns des autres.» C'est par ces mots que le chef de l'Etat a tenté de défendre les nouvelles mesures destinées à lutter contre la propagation du virus Covid-19. Si celles-ci, comme l'instauration d'un couvre-feu entre 21h et 6h, divisent la classe politique et les Français, cette déclaration n'a pas manqué d'en interpeller certains, qui ont exprimé leur étonnement, voire leur inquiétude, sur les réseaux sociaux. 

Ferghane Azihari, directeur de l'Académie libre des sciences humaines et militant libéral, a parmi les premiers exprimé sa perplexité sur Twitter et évoque ainsi «des propos injustifiables. Surtout dans l'une des démocraties les moins libérales d'Europe.»

Olivier Sibony, professeur à l'école HEC, a formulé dans un tweet son inquiétude face à une telle déclaration : «Je n'aurais jamais cru entendre un Président de la République nous expliquer qu'être "une nation d'individus libres", c'est un problème... Les intentions ont beau être bonnes, les mots font froid dans le dos.»

Christian Delporte, historien et spécialiste des médias, semble voir une dérive du pouvoir exécutif qui va à l'encontre des pouvoirs du Parlement : «Jamais le Parlement n’a été autant méprisé. Le "Père de la Nation" décide, décrète, sanctionne sans le moindre recours aux représentants du peuple.»

Le journaliste Thomas Vampouille exprime lui aussi, dans un tweet, un sentiment d'étonnement face à la déclaration présidentielle : «Vraiment, qui aurait cru entendre cette phrase un jour de la bouche d’un président français, particulièrement de celle de Macron ?»

Maxime Sbaihi, économiste et directeur général du think tank Génération libre, promoteur du libéralisme, perçoit dans cette déclaration d'Emmanuel Macron «la mort de la "société d'individus libres."» 

Diverses références au livre 1984 de l'écrivain anglais George Orwell sont aussi beaucoup utilisées pour dénoncer cette déclaration, ainsi que le couvre-feu décidé par Emmanuel Macron. Cet auteur est d'ailleurs beaucoup cité depuis le début de la crise sanitaire, certains percevant dans son œuvre des prémonitions sur notre époque et l'évoquent afin de dénoncer ce qu'ils considèrent comme une atteinte aux libertés fondamentales. Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a notamment fait référence à une citation attribuée par erreur à l'auteur, dans un de ses tweets : «En dehors du travail, tout sera interdit... Marcher dans les rues, se distraire, chanter, danser...»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»