Poursuites abandonnées contre un Gilet jaune pour «injures publiques» envers le couple Macron

Poursuites abandonnées contre un Gilet jaune pour «injures publiques» envers le couple Macron© GERARD JULIEN / AFP
Emmanuel et Brigitte Macron à Bormes-les-Mimosas, en 2019 (image d'illustration).

Les poursuites contre le Gilet jaune Stéphane Espic, convoqué au tribunal pour des vidéos tournées aux abords du fort de Brégançon, ont été annulées en raison d'un vice de procédure. «Brigitte et Emmanuel Macron ont été défaits», a salué Juan Branco.

Ce 30 septembre, le tribunal correctionnel de Toulon a annulé en raison d'un vice de procédure les poursuites pour «injure publique envers le président de la République» et «injure publique et diffamation envers particulier» qui visaient le Gilet jaune Stéphane Espic, comme le rapporte le journal Var Matin.

«Brigitte et Emmanuel Macron ont été défaits devant un tribunal»

Juan Branco, qui défendait le militant, a commenté la décision de justice sur Twitter : «Aujourd'hui, Brigitte et Emmanuel Macron ont été défaits devant un tribunal. L'AFP était présente. Vous n'en entendrez parler nulle part.»

Stéphane Espic était poursuivi pour avoir publié sur les réseaux sociaux des vidéos dans lesquelles il se mettait en scène autour du fort de Brégançon (Bormes-les-Mimosas), pendant qu'y séjournait le couple Macron en août dernier. «Sur ces images, on le voit par exemple barboter sur un homard gonflable entre la plage et le fort [...] A terre, sur une autre vidéo, ce sont des gendarmes départementaux qui lui demandent des explications sur des graffitis s'en prenant à Brigitte Macron, tracés sur l'un de ses homards gonflables», relate le quotidien Var-Matin.

Une plainte non-signée par Brigitte Macron

La plainte contre Stéphane Espic avait été déposée, selon Var Matin, par le responsable de la sécurité de l'Elysée, mais Brigitte Macron n'avait pas signé en personne le document. Or, comme l'a souligné l'avocat et militant Juan Branco, en vertu de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, ce sont les personnes qui s'estiment victimes d'injure et de diffamation qui doivent elles-mêmes déposer les plaintes. Juan Branco a dès lors conclu à la nullité de la procédure, ce qui a convaincu le tribunal.

Pour rappel, Stéphane Espic n'en est pas à ses premiers déboires avec les autorités françaises après les multiples actions qu'il a menées dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes. «Militant de la première heure des Gilets Jaunes, originaire de Haute-Savoie, Stéphane Espic a passé plus de 170 heures en garde à vue depuis le début du mouvement. On lui reproche des dégradations de permanence LREM et divers outrages», détaille par exemple le média militant QG en présentation d'un entretien long-format avec le citoyen.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»