«L'obscénité est dans vos yeux !» : flashmob des Femen au musée d'Orsay contre la discrimination

«L'obscénité est dans vos yeux !» : flashmob des Femen au musée d'Orsay contre la discrimination© Capture d'écran RUPTLY.
Vidéo
Action des femen au musée d'Orsay le 13 septembre.

Après qu'une jeune femme s'est vu refuser l'accès au musée d'Orsay pour cause de décolleté trop plongeant, une vingtaine de militantes Femen ont procédé, dans ce même musée, à une action coup de poing contre les discriminations sexuelles.

Au beau milieu des visiteurs ébahis et des œuvres d'art, un groupe de militantes du mouvement féministe Femen ont investi, ce 13 septembre en fin de matinée, l'allée centrale des sculptures du musée d'Orsay à Paris.

Une petite vingtaine de femmes, seins nus mais visages masqués, ont scandé durant plusieurs minutes : «L'obscénité est dans vos yeux !», «Ceci n'est pas obscène !» ou «Obscene because of you» («Obscène à cause de vous»).

Sur leurs corps dénudés étaient inscrits des messages tels que «l'obscénité est dans vos yeux» ou «le corps des femmes ne sera jamais obscène».

Une fois leur action terminée, les militantes sont parties en s'applaudissant, tantôt acclamées par les visiteurs, tantôt huées.

Interdite d'accès au musée d'Orsay à cause de son décolleté trop plongeant

Selon un communiqué publié ce 13 septembre sur Twitter par le mouvement Femen, cette action avait pour objectifs de dire «Stop à la sexualisation du corps des femmes» et de réclamer l'arrêt de toutes «injonctions sexistes et prohibitives».  

D'après le même document, cette mobilisation des activistes prend également sa source dans la mésaventure qu'a vécue une jeune femme, Jeanne, quelques jours auparavant, à l'entrée de ce même musée.

«Arrivée à l'entrée du musée, je n'ai pas le temps de sortir mon billet que la vue de mes seins et de mon apparat tout dépoitraillé choque une agente chargée du contrôle des réservations», a écrit Jeanne dans une lettre ouverte adressée au musée d'Orsay le 9 septembre, après s'être vu refuser d'entrer dans le musée la veille, pour cause de décolleté trop plongeant.

Contrainte d'enfiler la veste qu'elle avait avec elle pour accéder au musée, elle témoigne : «Je n'ai pas envie de mettre ma veste parce que je me sens vaincue, obligée, j'ai honte, j'ai l'impression que tout le monde regarde mes seins, je ne suis plus que mes seins, je ne suis qu'une femme qu'ils sexualisent, mais je veux rentrer dans le musée.»

«Alors le service d'ordre du musée d'Orsay ? Leçon comprise ? Humilier et discriminer une femme, vous mènera à la colère et à la fureur d'une légion d'autres», a écrit sur son compte Twitter une militante du mouvement des Femen.

Seulement quelques heures après la publication de la lettre de Jeanne, qui a reçu un grand de nombre de messages de soutien, l'établissement, sur Twitter, a annoncé «avoir pris connaissance» de cet «incident survenu avec une visiteuse lors de son accès au musée d'Orsay». Et de continuer : «Nous le regrettons profondément et présentons toutes nos excuses à la personne concernée que nous contactons.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»