Paris : un homme poignardé gare du Nord, l'agresseur en fuite

Paris : un homme poignardé gare du Nord, l'agresseur en fuite© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Image d'illustration de la gare du Nord le 24 janvier 2020.

Un homme muni d'une arme blanche a grièvement blessé une personne avant de prendre la fuite, ce 6 septembre vers 17h à la gare du Nord à Paris. Le pronostic vital de la victime, qui serait un demandeur d'asile de nationalité afghane, est engagé.

Un homme muni d'une arme blanche a grièvement blessé une personne avant de prendre la fuite, ce 6 septembre à la gare du Nord à Paris, selon la préfecture de police de Paris citée par l'AFP.

La victime est de nationalité afghane et demandeur d'asile en France, a précisé une source policière à l'AFP. Elle a été transportée en milieu hospitalier avec un «pronostic vital engagé», selon les pompiers. 

Selon Le Parisien, l'homme a été touché à la gorge.

De même source, la victime – née en 1988 – attendait son train assis sur un banc. Le quotidien francilien – selon qui l'assaillant était de «type européen» – rapporte également que celui-ci «errait dans la gare» avant de «se diriger vers [la victime] et de lui porter un coup à la jugulaire à l'aide d'un couteau de cuisine».

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a fait savoir sur Twitter qu'il suivait «la situation de près» en liaison avec la préfecture de police de Paris. 

Les motifs de cette agression survenue vers 17h n'étaient pas connus en début de soirée, selon la préfecture. L'enquête a été confiée à la police judiciaire parisienne.

Vives réactions politiques à droite

De nombreuses personnalités politiques de droite ont réagi à l'agression. Le ministre de la justice, Eric Dupont-Moretti a notamment été vivement critiqué pour sa sortie médiatique du 1er septembre. Le garde des Sceaux avait alors déclaré que la France n'était pas un «coupe-gorge».

Ainsi, le député européen Rassemblement national Gilbert Collard s'est demandé : «quel irresponsable déconnecté, il y en a au moins un, osera dire après ça que la France n'est pas un coupe-gorge ?»

Dans une vidéo postée sur le réseau social Twitter, le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignant a lui aussi vivement critiqué le garde des Sceaux. Le député de l'Essonne a estimé que «l’insécurité n’est pas un sentiment, mais le quotidien des Français».

Le président des patriotes, Floriant Philippot, a quant à lui exigé «la vérité sur ce qui s’est vraiment passé et le profil de l’agresseur».

L'ancienne candidate Les républicains à la mairie de Paris, Rachida Dati, a de son sôté interpellé la maire de Paris Anne Hidalgo, dénonçant son «refus d'une police municipale armée».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»