«Une maladie française» : Nicolas Sarkozy s'en prend aux détracteurs de Didier Raoult

«Une maladie française» : Nicolas Sarkozy s'en prend aux détracteurs de Didier Raoult© Benoit Tessier Source: Reuters
L'ancien président français Nicolas Sarkozy, le 29 août 2019 (image d'illustration).

L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a volé au secours du microbiologiste marseillais Didier Raoult, qui fait l'objet d'une plainte déposée auprès de l’Ordre des médecins par la Société de pathologie infectieuse de langue française.

«Pour moi, l'adversaire c'est le Covid et pas tel ou tel médecin. Je pense notamment au professeur Raoult», a déclaré Nicolas Sarkozy, suscitant quelques applaudissements de son auditoire, alors qu'il s'exprimait le 4 septembre 2020 dans le cadre du Forum des entrepreneurs qui se tient cette année à Marseille. 

Chaque crise, il faut trouver des boucs émissaires. C'est une maladie française

«Chaque crise, il faut trouver des boucs émissaires. C'est une maladie française […] Je ne comprends pas pourquoi il y a tant de violence à l'endroit de [Didier Raoult]», s'est désolé l'ancien chef d'Etat français.

Tantôt adulé, tantôt vilipendé, le microbiologiste marseillais Didier Raoult est devenu une personnalité publique de premier plan après avoir vanté les résultats d'un traitement à base d'hydroxychloroquine face au Covid-19, suscitant une grande hostilité au sein de la communauté scientifique, dont nombre d'acteurs lui ont reproché des manquements protocolaires pour avancer de tels résultats.

Comme l'a révélé Le Figaro le 2 septembre, la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf) a déposé plainte contre Didier Raoult en juillet auprès du Conseil départemental de l’Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône.

«La Spilf – qui rassemble plus de 500 spécialistes des maladies infectieuses – reproche au microbiologiste d’avoir enfreint pas moins de neuf articles du code de déontologie médicale», rapportait le journal. Entre autres griefs visant le directeur d'études à l'IHU de Marseille, la société savante lui reproche notamment d'avoir promu «un traitement qui n’a pas démontré son efficacité», procédé à «la diffusion de fausses informations auprès du public», ou encore d'être responsable de «graves manquements au devoir de confraternité».

Le président Les Républicains de la région Paca, Renaud Muselier, a réagi à la plainte du Spilf en martelant que le professeur Raoult n'avait fait «que respecter le serment d'Hippocrate».

En outre, comme le relève notre journaliste Lilaafa Amouzou, «les soutiens du professeur Raoult n'ont pas manqué de relever que le conseil d'administration de la Spilf affiche des liens d'intérêts assez conséquents» : selon les données du site de l'association EurosFordocs, un site permettant d'explorer la base de données Transparence-Santé, la Spilf a bénéficié d'avantages, conventions et rémunération divers offerts par de grands laboratoires ces dernières années – parmi lesquels le géant américain Gilead.

Fin juillet, Didier Raoult avait lui-même déposé une plainte judiciaire pour «dénonciation calomnieuse» contre le directeur des hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, qui l'avait accusé d'avoir fait un «faux témoignage» lors d'une audition devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»