Saint-Denis : le nouveau maire socialiste se paie la chicha

Saint-Denis : le nouveau maire socialiste se paie la chicha Source: AFP
Cliché pris le 20 octobre 2019, dans un restaurant de la ville de Djeddah, en Arabie saoudite (image d'illustration).

La mairie de Saint-Denis, reprise par le PS à la barbe des communistes, semble bien décidée à faire changer la ville. Première étape : interdiction des narguilés dans l'espace public par arrêté municipal.

Nouvellement élu au mois de juin dans une ville qui n'avait connu que des maires communistes depuis la seconde guerre mondiale, le socialiste Mathieu Hanotin semble résolu à changer l'image de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) : la ville a récemment émis un arrêté pour proscrire l'usage de la chicha dans certaines zones de l'espace public, notamment de grandes artères, des espaces verts et aux abords des crèches, écoles, collèges, lycées et médiathèques.

Justification du maire auprès du Parisien le 29 août: «Peut-être que certains maires de droite [notamment celui de Béziers en 2018] prennent des arrêtés anti-chicha pour stigmatiser certaines catégories de la population... Pas moi ! Moi, je réponds à une réalité de terrain.»

On est dans une logique de reconquête de l'espace public

Le socialiste, connu pour son ancienne proximité avec «l'éléphant» Claude Bartolone, assure vouloir «empêcher les nuisances sonores liées aux attroupements de personnes fumant la chicha jusque tard dans la nuit».

Et de souligner : «Au motif de fumer la chicha un peu n'importe où, certains s'arrogent le droit de privatiser l'espace public jusqu'à pas d'heure. L'ancienne majorité avait capitulé sur ce point... Pas nous : on est dans une logique de reconquête de l'espace public. [...] Trente personnes autour d'une chicha, qui écoutent de la musique fort, alors que d'autres essaient de dormir, ce n'est plus possible.»

Une amende de 38 euros et une police municipale renforcée

Son cabinet a précisé au quotidien d'Ile-de-France : «Ceux qui sont gênés par les nuisances occasionnées par ces attroupements, ce sont bien les classes populaires qui habitent la ville, se lèvent tôt. Notre arrêté est là pour les défendre !»

Les contrevenants s'exposeront à une amende de 38 euros. La police municipale verra ses rangs grossir de près d'une trentaine d'agents d'ici l'hiver, selon les informations du Parisien, amenant les effectifs à 120 policiers.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»