Valeurs actuelles : le parquet ouvre une enquête pour «injure à caractère raciste»

Valeurs actuelles : le parquet ouvre une enquête pour «injure à caractère raciste»© Charles Platiau Source: Reuters
Danièle Obono, le 24 octobre 2017, à l'Assemblée nationale, à Paris (image d'illustration).

Après la polémique concernant une saga fiction publiée dans Valeurs actuelles où la députée Danièle Obono était imaginée et caricaturée en esclave au temps de la traite orientale, le parquet ouvre une enquête pour «injure à caractère raciste».

Une enquête préliminaire a été ouverte pour «injures à caractère raciste» après la publication dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles d'une «politique fiction» dépeignant la députée LFI Danièle Obono en esclave, a annoncé le 31 août le procureur de Paris Rémy Heitz. L'enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), souligne le procureur de Paris dans un communiqué.

Dénonçant «une insulte à [ses] ancêtres, sa famille» et «à la République», Danièle Obono avait annoncé le 29 août «réfléchir» à porter plainte sur BFMTV. La députée avait dénoncé «une souillure qui ne s'effacera pas» et «l'aboutissement d'un acharnement médiatique» contre elle.

Une vague de condamnations unanimes dans la classe politique

Le 27 août, le magazine Valeurs actuelles avait dépeint la députée LFI en esclave avec une chaîne autour du cou dans une série «roman de l'été» dans laquelle «chaque semaine, un personnage emprunte les couloirs du temps» et est imaginé à une autre époque que la sienne.

La publication avait provoqué une vague de condamnations unanimes dans la classe politique. L'élue avait réagi le 28 août sur Twitter. «Il paraît 'Qu'on-Peut-Pu-Rien-Dire'», avait-elle dans un premier temps ironisé avant de poursuivre : «Heureusement on peut encore écrire de la merde raciste dans un torchon illustrée par les images d'une députée française noire africaine repeinte en esclave... L'extrême droite, odieuse, bête et cruelle. Bref, égale à elle-même».

Dans la foulée, le Premier ministre Jean Castex avait dénoncé une «publication révoltante» et appelé à «une condamnation sans ambiguïté». «Je partage l'indignation de la députée Danièle Obono et l'assure du soutien de l'ensemble du gouvernement. La lutte contre le racisme transcendera, toujours, tous nos clivages», avait-il ajouté sur son compte Twitter.

L'Elysée, cité par l'AFP, avait annoncé que le président de la République avait appelé personnellement Danièle Obono pour lui exprimer son soutien et lui faire part de sa «condamnation claire de toute forme de racisme».

Le magazine s'était excusé dans un communiqué diffusé le 29 août, défendant une volonté de «plonger une personnalité contemporaine dans une période passée, afin de faire resurgir par ce contraste certaines inepties de notre époque».

Sur BFMTV, Tugdual Denis, directeur adjoint de la rédaction de Valeurs actuelles, avait également présenté ses excuses. «On comprend, avec la charge symbolique extrêmement violente de cette image, que Danielle Obono soit choquée. On s'excuse auprès d'elle à titre personnel», avait-il concédé assurant que son magazine n'était «pas raciste».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»