Les agents de la DGSE arrêtés pour tentative de meurtre auraient affirmé être en mission

Les agents de la DGSE arrêtés pour tentative de meurtre auraient affirmé être en mission© MARTIN BUREAU Source: AFP
Image d'illustration.

Les agents de la DGSE arrêtés et mis en examen fin juillet pour tentative d'homicide volontaire auraient confié aux enquêteurs avoir agi dans le cadre d'une mission officielle, rapporte Le Parisien dans une enquête.

Selon une enquête du Parisien, les agents de la DGSE interpellés à Créteil le 24 juillet et mis en examen pour «tentative d'homicide volontaire en bande organisée» ont affirmé aux enquêteurs avoir agi dans le cadre de leurs fonctions.

Toujours d'après Le Parisien, les «protagonistes» connus de cette affaire encore opaque seraient «trois espions, un expert en faux documents, un spécialiste de la sécurité», et la victime une «psychothérapeute, maître en hypnose et spécialiste du coaching en entreprise».

Une voiture volée, un 9 mm... 

Dans la nuit du 23 au 24 juillet, relate le quotidien régional, les deux jeunes membres du «service action» de la DGSE interpellés par la suite auraient volé une voiture porte de Vincennes en brisant une de ses vitres.

Ils se seraient ensuite dirigés à Créteil, à l'adresse de leur cible, une quinquagénaire exerçant la profession de coach-hypnotiseuse. Signalés par un voisin comme «rôdeurs», les deux hommes ont ensuite été interpellés aux alentours de 8h20 par la police.  

Ces derniers ont retrouvé dans le véhicule «des gants, des couteaux de l'armée et […] un sac rouge contenant un pistolet 9 mm avec une cartouche chambrée», précise Le Parisien.

Dans les locaux de la section antiterroriste de la brigade criminelle de Paris, où ils ont été transférés «en raison de leur habilitation secret-défense», détaille le Parisien, les agents auraient alors confié aux enquêteurs avoir agi dans le cadre d'une mission officielle pour la DGSE. L'un des deux militaires aurait par ailleurs confié, toujours selon le quotidien, qu'ils avaient ordre d'éliminer par arme à feu leur cible ce matin-là.

Un mobile encore inconnu

Le Parisien rapporte que deux autres personnes ont été interpellées les 26 et 27 juillet et que les quatre ont été mis en examen pour «tentative d'homicide volontaire en bande organisée» ou «complicité» et ont été écroués. 

Un troisième agent de la DGSE aurait lui aussi été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. 

Pour l'heure, selon le quotidien, ni le mobile, ni le commanditaire de l'assassinat ne semblent connus. Néanmoins, note Le Parisien, «aucun des mis en examen» ne semblait connaître personnellement la victime, qui s'est dite choquée. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»