Vol, alcool, drague outrageante : une bagarre implique 200 individus à la base de loisirs d'Etampes

Vol, alcool, drague outrageante : une bagarre implique 200 individus à la base de loisirs d'Etampes© Capture d'écran
Vidéo
Base de loisirs d'Etampes, en Essonne, le 31 juillet 2020.

Alors que 1 500 personnes se rafraichissaient à la base de loisirs d'Etampes, plus de 200 jeunes ont participé à une bagarre, donnant lieu à une scène impressionnante. Les forces de l'ordre ont dû intervenir avec des gaz lacrymogènes.

Une scène surréaliste a eu lieu le 31 juillet à la base de loisirs d'Etampes (Essonne), où plus de 200 jeunes ont été impliqués dans une bagarre, comme le rapporte Le Parisien. La police a dû intervenir pour rétablir le calme. Encerclée, elle a fait usage de gaz lacrymogènes.

Une vidéo de la bousculade a fait le tour des réseaux sociaux. On y voit, derrière le grand toboggan rouge, un groupe de jeunes se poussant les uns sur les autres et, dans une autre vidéo, au moins un jeune se faire malmener. Une scène venue gâcher la détente des plus de 1500 personnes, dont de nombreux enfants, venus profiter de la fraîcheur de la piscine sur fond de température caniculaire.

Certains policiers se sont fait menacer de mort, d'autres ont reçu des coups

«Les soucis ont commencé vers 18 heures entre deux groupes. Apparemment, l'un accusait l'autre de vol», a expliqué Gérard Hébert, le président du syndicat mixte de la base de loisirs au Parisien. Alors que certains étaient «quelque peu alcoolisés» d'après le quotidien francilien, il y a eu un début de bagarre. «Nos médiateurs et agents de sécurité sont intervenus et nous avons appelé la police», a ajouté Gérard Hébert.

Jeunes femmes outrageusement draguées, familles dérangées

Arrivées sur place, les forces de l'ordre, parmi lesquelles la police nationale, la police municipale et la gendarmerie, se retrouvent rapidement encerclées par près de 200 jeunes, toujours selon Le Parisien. Pour disperser la foule qui les encerclait, les policiers ont dû faire usage de gaz lacrymogènes. «C'était une situation complexe car de nombreuses familles étaient présentes, il fallait faire très attention à eux. Mais nous n'avions pas d'autre choix, certains policiers se sont fait menacer de mort, d'autres ont reçu des coups», a expliqué une source policière au quotidien.

Tout serait parti d'un portable volé. «Il y avait énormément de monde et le service de sécurité était débordé. Les jeunes, chauffés par le soleil, ennuyaient les familles présentes les obligeant à quitter les lieux, et draguaient outrageusement les jeunes femmes», détaille encore cette source.

Le calme a été rétabli vers 19h30. «Même si les vidéos sont impressionnantes, il n'y a eu aucun dégât, personne n'a été blessé, ce n'était pas non plus un règlement de compte comme j'ai pu le lire. Tout s'est bien terminé», tempère toutefois le président de la base de loisirs auprès du Parisien.

Cet événement a été condamné par la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (LR). «Les violences qui ont eu lieu sur l’Ile de loisirs d’Etampes sont inacceptables. Une plainte sera déposée. Et le vice-président Patrick Karam se rendra sur place demain pour évaluer les besoins de forces de sécurité supplémentaires et les transmettre au ministère de l’Intérieur», a-t-elle écrit sur son compte Twitter le 1er août.

De son côté, son vice-président Patrick Karam (LR) ne décolère pas. Accusé de «blabla» et de gesticulation politique par une internaute sur le même réseau social, il a expliqué ces heurts par un désengagement toujours plus important de l'Etat en matière sécuritaire, selon lui : «La sécurité est notre priorité absolue avec un investissement colossal depuis 2016, la vidéoprotection, des drones de surveillance, un renforcement des clôtures, des agents de sécurité plus nombreux. Mais l'Etat qui en a profité pour se désengager doit se réinvestir.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»