Trois personnes convoquées par la justice pour des tags appelant les policiers au suicide

- Avec AFP

Trois personnes convoquées par la justice pour des tags appelant les policiers au suicide© Mehdi Fedouach Source: AFP
Les forces de l'ordre qui circulent dans les rues autour de la cathédrale de Bordeaux le 12 janvier 2019 (photo d'illustration)

Deux femmes et un homme seront présentés à la justice le 5 octobre 2020 à Brest pour des graffitis sur les murs de la gendarmerie de Landivisiau en avril 2019 invitant les forces de l'ordre à se suicider.

Trois personnes sont convoquées par la justice le 5 octobre à Brest dans le cadre de l'enquête sur des tags appelant les forces de l'ordre au suicide découverts en 2019 sur un mur de la gendarmerie de Landivisiau, a-t-on appris ce 16 juillet auprès du parquet de Brest. Il s'agit «d'une femme et de deux hommes», a précisé le procureur de la République de Brest, Jean-Philippe Récappé.  

Selon des sources proches du dossier évoquées par l'AFP, un couple aurait reconnu sa participation aux faits lors de sa garde-à-vue et donné le nom d'un troisième complice, qui aurait lui aussi reconnu les faits. «Ces trois individus faisaient partie au moment des faits de la mouvance black block et ont participé à de nombreuses manifestations sur le territoire national.»

Les inscriptions sur les murs de la gendarmerie bretonne avaient été découvertes le 22 avril 2019. On pouvait lire, malgré les fautes d'orthographe, «Flics suicidé à moitié pardonnés», «suicidez-vous», «la police vous protège sa crève les yeux» (sic). Les tags étaient accompagnés de l'inscription «ACAB» (all cops are bastards, «tous les flics sont des bâtards» en français), et de «A» cerclés, symbole anarchiste. Le parquet de Brest avait alors ouvert une enquête pour «dégradations graves sur un bien d’utilité publique et outrages sur personnes dépositaires de l’autorité publique». 

Ces inscriptions faisaient écho aux slogans «suicidez-vous, suicidez-vous», lancés aux forces de l'ordre à Paris lors de l'acte 23 de la mobilisation des Gilets jaunes.

Environ 250 personnes s'étaient rassemblées quelques jours plus tard devant la gendarmerie de Landivisiau pour soutenir gendarmes et policiers.

Les tags de Landivisiau avaient fait réagir le ministre de l'Intérieur de l'époque, Christophe Castaner, qui avait dénoncé des faits «d'une extrême gravité» alors qu'à la fin du mois d'avril 2019, 28 policiers nationaux avaient mis fin à leurs jours. Ce chiffre est monté à plus du double à la fin de l'année 2019, malgré un nouveau plan anti-suicide jugé trop faible par divers observateurs à l'époque, tels que les associations de policiers en colère UPNI, CAP-IDF et le syndicat VIGI-MI : «Des barbecues [et] une ligne téléphonique», avait résumé Alexandre Langlois, le secrétaire général de cette organisation.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»