Un hommage militaire rendu à la gendarme Mélanie Lemée, morte dans l'exercice de ses fonctions

Un hommage militaire rendu à la gendarme Mélanie Lemée, morte dans l'exercice de ses fonctions© MEHDI FEDOUACH / POOL / AFP
Gérald Darmanin visite la gendarmerie de Port-Sainte-Marie le 7 juillet 2020 (image d'illustration).

Une cérémonie d'hommage militaire a eu lieu à Mérignac en présence d'élus et du ministre de l'Intérieur, en l'honneur de la gendarme et championne de France militaire de judo, tuée lors d'un contrôle routier par un conducteur voulant s'y soustraire.

Ce 9 juillet, dans la caserne de la région Nouvelle-Aquitaine à Mérignac, un hommage militaire a été rendu à la gendarme de 25 ans Mélanie Lemée. Celle-ci, par ailleurs championne de France militaire de judo, a été tuée par un automobiliste qui roulait à plus de 130 km/h lors d'une opération de contrôle à Port-Sainte-Marie, dans le Lot-et-Garonne, le 5 juillet. Le conducteur roulait sans permis et était manifestement sous l'emprise de drogue. 

Fraîchement nommé, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est rendu à cette cérémonie, interdite au public, en présence de nombreux élus du Lot-et-Garonne.

Le ministre l'a décorée chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume après l'avoir élevée au rang de major, en présence de ses proches. La jeune femme dont il a loué «l'engagement professionnel sans faille» mais aussi son parcours dans le judo, a ensuite reçu la médaille militaire de la Gendarmerie nationale palme de bronze et la médaille d'or de la sécurité intérieure. 

A l'annonce de son décès dans l'exercice de ses fonctions, les hommages s'étaient multipliés sur la toile.

La jeune femme a été percutée à plus de 130 km/h par un individu au casier judiciaire chargé pour des affaires de stupéfiants et de délits routiers. Il transportait «165 grammes d'une poudre blanche qui devra être analysée mais qui est vraisemblablement de la cocaïne», selon le procureur de la République d'Agen, Manuella Garnier.

A l'issue de sa garde à vue, le suspect, qui conteste «toute intention d'homicide», a été présenté à un juge d'instruction et mis en examen pour «homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique», d'après Manuella Garnier, citée par l'AFP. Il risque la réclusion criminelle à perpétuité.

L'agresseur présumé a également été mis en examen pour «refus d'obtempérer aggravé par la mise en danger de la vie d'autrui, conduite sans permis, détention et transport illicite de produits stupéfiants en état de récidive légale» conformément aux réquisitions du parquet.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»