7 minutes d’horreur : les médias français dévoilent le détail de l’attaque du magasin casher à Paris

Hommage aux victimes d'Amedy Coulibaly devant l’Hyper Casher© Photo by Aurelien Meunier/Getty Images
Hommage aux victimes d'Amedy Coulibaly devant l’Hyper Casher

Les médias français ont publié de nouveaux détails sur le massacre du supermarché casher où le tireur Amedy Coulibaly a abattu quatre personnes. Il leur a demandé leur ethnicité et si elles étaient juives, sans perdre de temps pour les tuer.

«Levez-vous ou je vous tuerai tous», a crié Amedy Coulibaly après avoir pris des otages dans le supermarché casher à Paris le 9 janvier dernier.

Les premières 7 minutes 45 secondes de l’attaque ont été enregistrées sur une caméra go-Pro fixée sur le corps de l’assassin. Le résumé de ce cet enregistrement a été publié jeudi par Le Nouvel Observateur.

«Personne ne bouge», a crié l’agresseur encore une fois, en saisissant un client juif dans le supermarché et en l’abattant.

Ensuite, Amedy Coulybaly s’est retourné vers un autre otage : «Tu n’as pas compris? Quelle ton origine? L’homme a répondu qu’il était juif.

«Donc, tu sais pourquoi je suis ici. Allah u Akbar», a crié Coulibaly, en l’exécutant devant les autres otages. Trois personnes ont été tuées durant ces 7 minutes.

Les images montrent que l’assaillant essaie de recharger sa kalachnikov.

Il a aussi essayé de télécharger la vidéo sur Internet mais à cause d’un bug technique, sa tentative a échoué. Il a même demandé à un des otages de le faire.

En fin de compte, Amedy Coulibaly a été tué par les agents de police lors d’une opération qui a mis fin à trois jours d’horreur qui ont fait 17 morts à Paris et dans ses environs.

Le terroriste serait aussi apparu dans une autre vidéo qui a été diffusé quelques jours après la tragédie. Il y prête allégeance à  (EI) et essaie de justifier la série d’attaques terroristes.

Un homme qui ressemble beaucoup à Amedy Coulibaly déclare qu’il est «un soldat du Califat» et indique qu’il a coordonné ses plans avec les frères Chérif et Saïd Kouachi qui avaient réalisé l’attaque du siège du magazine satirique  le 7 janvier.

Il proclame également sa fidélité au «Calife Ibrahim», aussi connu sous le nom d’Abou Bakr al-Baghdadi, le chef autoproclamé de l’Etat islamique et parle de l’attaque d’une policière en employant le passé composé, en suggérant que l’attaque a déjà eu lieu.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales