Des milliers de soignants manifestent à Paris pour réclamer davantage de moyens

Des manifestations étaient ce 30 juin dans toute la France à l'initiative des personnels hospitaliers et des collectifs de soignants. Après la pandémie de coronavirus, ceux-ci réclament davantage de moyens alloués aux hôpitaux que ceux promis.

Tandis que le «Ségur de la santé» se clôturera dans quelques jours, des soignants défilent dans toute la France ce 30 juin, pour réclamer de meilleures conditions de travail et en particulier des plus importantes sommes allouées au service hospitalier que celles promises. Une centaine de manifestations étaient prévues sur l'ensemble du territoire, à l'appel des personnels hospitaliers et des collectifs de soignants.

A Paris, plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés devant l'ancien hôpital militaire du Val-de-Grâce, dans le Ve arrondissement, à 14h, avant de prendre la direction du ministère de la Santé dans le VIIe arrondissement. 

«Du fric, du fric, du fric pour l'hôpital et augmentez les salaires», ont scandé les manifestants, comme on peut l'entendre dans une vidéo de notre journaliste sur place Katia Pecnik.

Selon des images captées par l'agence Ruptly, le cortège a été encadré par un imposant dispositif des forces de l'ordre, ainsi que par un service d'ordre syndical renforcé, après les débordements survenus lors de la mobilisation du 16 juin sur l'esplanade des Invalides.

La proposition récente du gouvernement, qui a mis sur la table 6,3 milliards d'euros pour revaloriser les salaires dans le milieu hospitalier, n'a semble-t-il pas convaincu les syndicats. Présent dans le cortège parisien, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a réclamé «beaucoup plus que ce qui a été annoncé». «Il faut des actes à la hauteur des remerciements», a-t-il ajouté.

Outre plusieurs milliers de manifestants dans la capitale, l'AFP a indiqué qu'au moins 1 200 personnes avaient battu le pavé à Lyon selon la préfecture, entre 1 600 et 3 000 à Nantes, de 700 à 1 500 à Montpellier, de 200 à 500 à Clermont-Ferrand, quelque 500 à Grenoble, environ 200 à Strasbourg, et quelques centaines à Dijon. Des chiffres inférieurs à ceux de la mobilisation nationale du 16 juin (100 000 à 180 000 manifestants selon les sources).

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»