«Sentiment d'expédition punitive» : la scène du Burger King de l'acte 3 des Gilets jaunes décryptée

«Sentiment d'expédition punitive» : la scène du Burger King de l'acte 3 des Gilets jaunes décryptée© Lucas BARIOULET Source: AFP
Des Gilets jaunes face aux forces de l'ordre à Paris, le 1er décembre 2018 (image d'illustration).

Des témoins directs sont revenus pour Envoyé Spécial (France 2) sur cette scène d'une rare violence. Celle où des CRS matraquaient des manifestants qui s'étaient abrités dans un fast-food afin de fuir les gaz lacrymogènes.

La scène avait créé la polémique : le 1er décembre 2018, à l'occasion de l'acte 3 des Gilets jaunes à Paris, des manifestants qui avaient trouvé refuge dans un Burger King pour tenter de sortir d'un épais nuage de gaz lacrymogène avaient reçu de violents coups de matraque de la part d'une compagnie de CRS.

Les vidéos publiées sur les réseaux sociaux avaient profondément choqué, soulevant un sentiment d'indignation des soutiens des Gilets jaunes. Le magazine de France 2 Envoyé Spécial a retrouvé quelques uns des acteurs de scène, notamment deux photographes indépendants, qui s'étaient eux aussi réfugiés dans le fast-food.

«Tout était intact dans le Burger King. Il n'y avait pas un tag, pas un truc cassé, pas une cannette volée», racontent-ils, soulignant qu'il est absurde d'imaginer que les Gilets jaunes puissent être rentrés pour piller le fast-food, étant donné qu'ils arrivaient à peine à respirer.

Il se passe un truc qui n'est vraiment pas normal dans une démocratie

Après qu'ils les ont matraqués à l'intérieur, les CRS ont formé une «haie d'honneur» à l'entrée du Burger King, devant lequel étaient contraints de passer les Gilets jaunes. «Ils viennent de se faire taper à l'intérieur, ils sortent, ils se refont taper, ça donnait vraiment un sentiment d'expédition punitive. [Les forces de l'ordre] n'arrêtent personne, ils se font juste plaisir, ils se vengent de leur journée qui a été rude. [...] Là, il se passe un truc qui n'est vraiment pas normal dans une démocratie», estime un des deux photographes.

Plusieurs manifestants ont porté plainte contre les forces de l'ordre. L'enquête pour déterminer s'il y a eu des violence policières est toujours en cours. En novembre dernier, Le Monde révélait que la branche parisienne de l'IGPN avait diligenté en conclu une enquête préliminaire. Les auditions des deux gradés sur place (un commandant divisionnaire et un capitaine) n'avaient toutefois pas permis d'établir l'identité des fonctionnaires impliqués. Les deux officiers avaient assuré qu'ils ne parvenaient pas à identifier leurs hommes.

Pourtant selon le journal, sur les images de vidéosurveillance du restaurant, on distingue clairement les visages de certains policiers dont la visière du casque de maintien de l'ordre est relevée. Le quotidien du soir notait aussi qu'il avait eu accès à des «rapports confidentiels» qui documenteraient un emploi «injustifié» de la force, mais préciseraient également le contexte de «grande pression» dans laquelle les policiers devaient travailler ce jour-là.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»