Violences policières : le Défenseur des droits ouvre une enquête sur l'affaire Gabriel

Violences policières : le Défenseur des droits ouvre une enquête sur l'affaire Gabriel© Christophe SIMON / AFP
Manifestation contre les violences policières à Marseille (image d'illustration).

Le Défenseur des droits Jacques Toubon a annoncé l'ouverture d'une enquête dans l'affaire Gabriel. Ce garçon de 14 ans avait été gravement blessé à l’œil, lui valant 30 jours d'ITT, lors de son interpellation alors qu'il tentait de voler un scooter.

Le Défenseur des droits a annoncé ce 10 juin l'ouverture d'une enquête dans l'affaire Gabriel, selon l'AFP. Le jeune garçon de 14 ans avait été interpellé à Bondy, en banlieue parisienne, dans la nuit du 25 au 26 mai dernier, dans des circonstances troubles.

Gravement blessé à l’œil, Gabriel, qui tentait de voler un scooter lors de son interpellation, s'est vu prescrire 30 jours d'incapacité totale de travail (ITT). Il accuse les policiers de l'avoir frappé alors que ces derniers affirment qu'il est tombé accidentellement lors de sa fuite.

«Il y avait trois garçons et une femme. Ils m’ont plaqué au sol, ils ont mis un genou sur ma tête, un genou sur mes épaules, ils m’ont mis les menottes. La femme qui est blonde tenait mes chevilles pendant qu’un agent barbu, assez gros, me donnait des coups de bottes dans la tête», avait relaté Gabriel, interrogé par le site d’informations Bondy Blog.

De leur côté, les forces de l'ordre assurent que l'adolescent a résisté vigoureusement lors de son interpellation.

«Comment Gabriel peut perdre trois incisives, souffrir de l'orbite de l’œil mais ne présenter aucune abrasion sur le nez ? Il va falloir que les policiers expliquent comment il a pu chuter tout seul», prévient de son côté Stéphane Gas, avocat de Gabriel, auprès de l'AFP. «Il s'agit d'une nouvelle affaire de violences policières qui a la particularité de viser un enfant de 14 ans qui pèse 40 kilogrammes et qui a face à lui quatre adultes, censés être des professionnels du maintien de l'ordre», poursuit-il.

Poussé par Emmanuel Macron à se saisir du sujet des violences policières, revenu sur le devant de la scène en France après le décès de George Floyd aux Etats-Unis, Christophe Castaner s'est dit, ce 8 juin, «troublé» par cette affaire sur laquelle le parquet de Bobigny a ouvert une enquête.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»