«Héros du quotidien» ? Suicide d'un éboueur, licencié après avoir bu une bière pendant son travail

«Héros du quotidien» ? Suicide d'un éboueur, licencié après avoir bu une bière pendant son travail© JOEL SAGET Source: AFP
L'homme s'est suicidé après 26 ans de service. (Image d'illustration).

Un éboueur a été retrouvé en tenue de travail avec un fusil dans la bouche, près de Caen. Il avait été licencié par son entreprise pour un contrôle d'alcoolémie positif, après avoir accepté une bière offerte par un riverain.

D'après plusieurs médias, dont RTL et France Bleu, un salarié d'une entreprise de collecte de déchets de Fresne-Camilly, près de Caen dans le Calvados, s'est donné la mort le 5 juin. Après de longues années de carrière, il avait été licencié en raison d'un contrôle d'alcoolémie positif de 0,19 g d'alcool par litre de sang, après avoir accepté une bière proposée par un riverain pendant son temps de travail. L'homme de 46 ans, veuf, laisse derrière lui un fils de 18 ans.

La lettre de licenciement retrouvée à ses pieds

Ils sont où les héros du quotidien dont on parlait, qu'on applaudissait

Yannick Martin, délégué CGT de l'entreprise explique à RTL : «Il a reçu sa lettre recommandée jeudi dernier et le vendredi matin il s'est habillé à cinq heure moins le quart et il s'est suicidé, en tenue de travail. [...] La gendarmerie a retrouvé la lettre de licenciement à ses pieds, c'est son fils de 18 ans qui l'a retrouvé dans le garage, avec le fusil dans la bouche.»

Le syndicaliste poursuit : «Ils sont où les héros du quotidien dont on parlait, qu'on applaudissait, ou tous les messages qu'on nous a mis sur nos poubelle ? Tous les messages qu'on a gardé d'ailleurs, car nous on était très touché par cela. Mais la direction, ils s'en foutent de ça.»

Concédant une erreur de la part son frère, Pablito Patry déplore auprès de France Bleu : «Ça n'était jamais arrivé en 26 ans de carrière. Ils auraient pu lui laisser une deuxième chance.» La famille envisage de déposer plainte.

Sur Twitter, plusieurs personnalités ont réagi à cet évènement tragique. Noam Anouar, policier syndicaliste, remarque : «Triste époque pendant laquelle on vire un éboueur parce qu'il accepte l'hospitalité d'un usager reconnaissant, et on maintient 6 policiers néonazis dans leurs fonctions. Ironie du sort, tout ça dans la même région».

Alexis Poulin, co-fondateur du média Le Monde Moderne résume de son côté : «Voici comment sont traités les héros d’hier par leur employeur : Licencié pour avoir accepté une bière de remerciement d’un riverain, un éboueur se suicide. A 46 ans. Le DRH qui a rédigé cette lettre est comme trop d’autres DRH, une machine vide à broyer de la ressource».

 

Lire aussi : Un salarié d'Amazon licencié pour avoir soutenu sur Facebook un blocage des Gilets jaunes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»