«#TF1Raciste», «#JeNeSuisPasUneBeurette» : TF1 visé par une polémique sur les réseaux sociaux

«#TF1Raciste», «#JeNeSuisPasUneBeurette» : TF1 visé par une polémique sur les réseaux sociaux© Alastair Pike Source: AFP
L'application Twitter sur un smartphone (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Des internautes ont épinglé le descriptif d'un épisode de la série Joséphine Ange Gardien, qui présente le personnage principal comme une «beurette issue de banlieue». Le tollé a fait réagir certaines personnalités politiques.

Rediffusé le 31 mai sur TF1, un ancien épisode de la série télévisée Joséphine Ange Gardien, intitulé «Yasmina», a fait l'objet d’une intense polémique sur les réseaux sociaux après que des internautes ont partagé des captures d'écran du descriptif de l’épisode, dans lequel le personnage principal y est décrit en ces termes : «le profil de Yasmina, beurette issue de banlieue».

Nombre de commentateurs, dénonçant un terme raciste, ont alors fait connaître leur indignation, notamment avec les hashtag #TF1Raciste ou encore #JeNeSuisPasUneBeurette, qui se sont hissés dans les mots-clés les plus partagés sur Twitter en France ce 1er juin. La polémique a même été commentée au sein de la classe politique française.

Député insoumis de Seine-Saint-Denis, Bastien Lachaud a par exemple multiplié les qualificatifs pour commenter le sujet. «Racisme, sexisme, mépris social s'expriment sans gêne sur TF1», a-t-il estimé. «Cette violence symbolique que subissent tant de nos concitoyens contribue à la reproduction des discriminations quand elle n'alimente pas la violence physique. Immonde», a encore écrit l'élu de la France insoumise.

A l'inverse, Philippe Vardon, membre du bureau national du RN, a considéré que, loin d'être raciste, le descriptif de l'épisode «laiss[ait] comprendre que Joséphine [allait] justement venir en aide à cette jeune fille». «Va vraiment falloir s’arrêter», a-t-il poursuivi.

vous voyez bien qu'il y a une recherche du racisme

Si la chaîne télévisée visée par la polémique n'a pas encore réagi, le sujet a décidément agité les esprits, et a même alimenté une séquence lors de l'émission L'Heure des Pros, sur CNews. «Le mot beurette est poétique, on peut toujours voir du racisme partout, c’est poétique», a ainsi estimé le publicitaire Jacques Séguéla sur le plateau télévisé. «C'est un peu péjoratif», a pour sa part tenté de nuancer le journaliste Pascal Praud. «Mais pas du tout, le terme a été inventé par eux-mêmes, vous voyez bien qu'il y a une recherche du racisme, vous voyez bien qu'il y a des gens qui se réveillent le matin et qui se disent "comment puis-je dire que la France est un pays raciste"», a alors réagi Elisabeth Lévy, directrice de la rédaction du magazine Causeur.

Un avis qui n'a, là encore, pas fait l'unanimité sur les réseaux sociaux.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix