«Aucun tabou» : Renault pourrait annoncer des fermetures et un plan d'économie de 2 milliards

- Avec AFP

«Aucun tabou» : Renault pourrait annoncer des fermetures et un plan d'économie de 2 milliards© Kenzo TRIBOUILLARD Source: AFP
Logos de Renault et Nissan à un salon automobile, Bruxelles janvier 2020 (image d'illustration).

Alors que l'Etat, premier actionnaire de Renault, a volé au secours de l'entreprise en garantissant un prêt bancaire d'environ 5 milliards d'euros, la marque au losange envisagerait la fermeture de sites de production. La CGT s'insurge.

Le constructeur français Renault envisagerait d'arrêter définitivement la production automobile à l'usine de Flins (Yvelines) qui assemble la citadine électrique Zoe et la Nissan Micra, selon une source proche du dossier interrogée par l'AFP après la publication d'un article du Canard enchaîné. Renault doit dévoiler le 29 mai les contours d'un vaste plan d'économie de 2 milliards d'euros annoncé en février.

Le Canard enchaîné affirme ce 20 mai que «quatre usines seraient fermées en France : Choisy-le-Roi, Dieppe et les Fonderies de Bretagne, pour commencer», puis précise : «Le gros morceau – Flins [...] – viendra plus tard.»

L'AFP rectifie légèrement les informations du Canard en citant une autre source : «A Flins, il ne s'agit toutefois pas d'une fermeture mais de l'arrêt de la production automobile pour consacrer le site à une autre activité.» Une dernière source de l'AFP assure que la fermeture pure et simple de l'usine n'était pas d'actualité, sans exclure qu'elle ait été envisagée.

L'Etat français, premier actionnaire de Renault avec 15% du capital, a pourtant accepté de voler au secours de l'entreprise en lui garantissant un prêt bancaire d'environ 5 milliards d'euros. Ce prêt garanti par l'Etat, et approuvé par l'Union européenne, était tout proche d'être signé le 19 mai au soir, selon une source de l'AFP.

Est-ce que les 5 milliards que le gouvernement s'apprête à prêter vont servir à restructurer l'entreprise ?

La directrice générale par intérim, Clotilde Delbos, avait déjà fait savoir fin avril que ce prêt ne remettait pas en cause le plan d'économies de Renault, ni d'éventuelles suppressions d'emplois, la seule condition fixée par le gouvernement étant le renoncement aux dividendes versés aux actionnaires cette année.

Mais dès le mois de février, la direction avait évoqué la possibilité de fermer des sites en France et à l'étranger lors de la présentation des résultats annuels en lâchant : «Nous n'avons aucun tabou et nous n'excluons rien.»

Un comité central social et économique (CCSE) de Renault est prévu le 28 mai au soir, puis un conseil d'administration, selon des sources syndicales évoquées par l'AFP. «Il y a des discussions. Rien n'est figé», a souligné une source proche du dossier, sous couvert d'anonymat auprès de l'AFP.

«Impensable !», s'insurge Martinez

En réaction à ces révélations, Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a jugé ce 20 mai «impensable» que la direction de Renault veuille fermer quatre sites en France,  alors que le gouvernement «veut réindustrialiser le pays». «Quand on veut réindustrialiser le pays, c'est impensable!», a-t-il ainsi réagi sur RTL, invitant la direction à plutôt changer «la stratégie» du constructeur automobile.

Et d'analyser : «[Cette entreprise] a besoin de reproduire des Renault en France et retravailler sur l'emploi en France. La situation de Renault n'est pas due à la crise sanitaire. Elle est due à des années de gouvernance de Carlos Ghosn [l'ancien PDG], qui a été érigé comme un dieu pendant des années et on voit les conséquences de sa stratégie. C'est cette stratégie qu'il faut changer.» Avant de s'interroger : «Est-ce que les 5 milliards que le gouvernement s'apprête à prêter à Renault vont servir à restructurer l'entreprise ? C'est un gros problème.»

Le gouvernement se veut rassurant

Plus tard dans la journée, l'exécutif s'est voulu rassurant à ce sujet : le Premier ministre Edouard Philippe a en effet assuré que le gouvernement serait «intransigeant» sur la «préservation» des sites Renault en France, si le constructeur automobile confirmait sa volonté de fermer quatre sites dans le pays.

«Il y a une forme de responsabilité de l'entreprise à avancer, à se transformer mais aussi à tenir compte des réalités du pays qui l'accueille et d'une certaine façon le fait vivre», a mis en garde le chef du gouvernement, en soulignant que si Renault était une entreprise mondiale, «sa marque française [était] évidente». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»