Le Conseil d'Etat interdit l'usage des drones de surveillance à Paris pendant le déconfinement

- Avec AFP

Le Conseil d'Etat interdit l'usage des drones de surveillance à Paris pendant le déconfinement© DOMINIQUE FAGET Source: AFP
Un drone survolant La Défense, le 27 février 2015 (image d'illustration).

Saisi par deux organisations, le Conseil d'Etat a tranché : l'utilisation de drones pour surveiller le respect du déconfinement est illégale à Paris en l'absence de dispositifs empêchant notamment l'identification des personnes filmées.

Le Conseil d'Etat a enjoint le 18 mai l'Etat de cesser «sans délai» d'utiliser des drones à Paris pour surveiller le respect des règles du déconfinement, en raison de l'absence de cadre juridique pour l'utilisation de ces dispositifs techniques.

Pour la plus haute juridiction administrative, l'usage de ces drones, dans ces conditions, «caractérise une atteinte grave et manifestement illégale au droit au respect de la vie privée». Le Conseil d'Etat met en avant les «risques d’un usage contraire aux règles de protection des données personnelles».

Le Conseil d'Etat était saisi d'un recours de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et de la Quadrature du Net. 

Au cours de l'audience le 15 mai, il a beaucoup été question de la possibilité d'identifier les personnes filmées sur la voie publique. 

Pour le ministère de l'Intérieur et la Préfecture de police de Paris, cette identification n'est pas l'objectif visé avec l'usage de ces appareils : les drones permettraient de repérer des rassemblements interdits afin de déployer des forces de l'ordre pour disperser les personnes regroupées.

Le juge administratif n'a pas remis cet élément en question mais a pris sa décision sur la base de la capacité d'identifier les personnes et donc du risque de mésusage. 

Afin de pouvoir utiliser ces drones en toute légalité, il faudra soit un arrêté pour encadrer leur usage, pris après avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), soit doter les appareils utilisés par la Préfecture de police de Paris de dispositifs techniques rendant impossible l'identification des personnes filmées. 

L'avocat de la LDH Patrice Spinosi a salué «la volonté du Conseil d'Etat de marquer son attachement aux libertés fondamentales» et a ensuite expliqué qu'«il n'y [avait] aucune raison de penser que cette décision n'ait pas vocation à s'appliquer sur l'ensemble du territoire français»,  soulignant qu'aucun cadre juridique n'existe pour l'utilisation de ces drones.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»