Des députés LREM veulent permettre aux salariés d'offrir des congés aux soignants

- Avec AFP

Des députés LREM veulent permettre aux salariés d'offrir des congés aux soignants© GERARD JULIEN Source: AFP
Le député LREM Christophe Blanchet.

Une centaine d'élus LREM souhaitent que les salariés puissent offrir, sur la base du volontariat, leurs congés payés au bénéfice «de ceux qui luttent directement contre le coronavirus». La ministre du Travail a jugé l'idée «très intéressante».

Des députés de La République en Marche (LREM) veulent autoriser les salariés qui le souhaitent à faire don d'une partie de leurs congés payés aux soignants engagés dans la lutte contre le coronavirus : c'est ce qu'ils prônent dans une lettre adressée à la ministre du Travail Muriel Pénicaud et co-signée par 100 élus, dont l'AFP donne quelques détails.  

Le député du Calvados Christophe Blanchet, porteur de l'initiative, propose «que l'on puisse permettre aux salariés qui le désirent et qui le peuvent, dans le public comme dans le privé, de faire don d’une partie de leurs congés payés» au bénéfice «de ceux qui luttent directement contre le coronavirus».

Un «obstacle à la fraternité» ?

Il fait état de la «frustration» de certains Français qui au-delà des applaudissements de soutien à 20 heures, «ne peuvent ou ne savent comment aider davantage» les soignants, plaidant qu'il ne faut pas faire «obstacle à la fraternité», dans ce courrier daté du 22 avril.

Un tel dispositif ne représente pas une charge pour l’Etat ni pour les entreprises

«Un tel dispositif ne représente pas une charge pour l’Etat ni pour les entreprises car les congés payés sont déjà provisionnés. A titre indicatif, il y a 23 millions de salariés en France, si chacun donne juste un jour de congé, cela fait 23 millions de jours, ou l'équivalent en valeur, dédiés aux personnels soignants», peut-on encore lire dans le courrier.

Ces jours pourraient être donnés «sous forme de chèques-vacances, utilisables aussi bien dans l'offre publique que privée», précise le député LREM qui évoque une possible proposition de loi en ce sens.

«Aujourd'hui nous devons aussi entendre les applaudissements solidaires que les Français adressent depuis leur fenêtre [...] notre devoir est d’interpréter cette demande de fraternité et de lui donner forme», a justifié dans l’hémicycle Christophe Blanchet, le 12 mai. 

La ministre du Travail trouve l'idée «très intéressante»

Interrogée à l'Assemblée lors de la séance de questions au gouvernement, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a jugé la proposition «très intéressante». Le gouvernement la «soutient pleinement», a-t-elle dit.   

«Il faut définir les modalités de conversion des jours de repos», a-t-elle ajouté. «Cela soulève tout une série de questions», a-t-elle encore dit, se montrant favorable à «le coupler avec les chèques vacances».

Accusation de «plagiat» d'un député LR

L'élu Les Républicains Maxime Minot a lui fustigé dans un communiqué un «plagiat inacceptable» de la part des députés LREM, soulignant avoir déposé le 22 mars une proposition de loi en ce sens que les députés de la majorité «ont refusé de cosigner». Il se dit «révolté et choqué devant tant de sectarisme».

Le texte de l'élu de droite porte sur l'instauration d'un «don de jours de repos pour les personnels soignants». L'élu y souligne qu'en l'état de la législation, «seul le don à l'intérieur de la même entreprise pour des salariés qui viennent en aide à un proche atteint d'une perte d'autonomie» grave ou présentant un handicap était possible. L'élu de l'Oise, qui indique avoir «déjà recueilli plus de 50 cosignatures de députés issus de toutes les oppositions», dénonce «une façon de faire révoltante», lançant un appel pour que son texte soit inscrit «à l’ordre du jour en vue de son adoption dans le consensus que ce sujet mérite».

Pour sa part, le patron des députés LREM Gilles Le Gendre a dénoncé le 12 mai de la part de LR une «mauvaise polémique, certainement pas à la hauteur des enjeux». «Il faut d'abord qu'on lève les obstacles techniques qui s'opposent à cette excellente idée, ce qui n'est pas mince», a-t-il ajouté, indiquant toutefois être «assez confiant».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»