«Un bicot comme ça, ça nage pas» : l'IGPN saisie pour des propos racistes lors d'une interpellation

- Avec AFP

«Un bicot comme ça, ça nage pas» : l'IGPN saisie pour des propos racistes lors d'une interpellation© CHARLES PLATIAU Source: Reuters
Vidéo
Image d'illustration.

La diffusion d'images montrant une interpellation sur l'Ile-Saint-Denis, dans laquelle des policiers tiennent des propos racistes, a provoqué la saisine de la police des polices. Le préfet de police de Paris demande la suspension de deux policiers.

Le journaliste et militant Taha Bouhafs a diffusé le 26 avril sur le compte Twitter du site Là-bas si j'y suis, une vidéo dans laquelle on entend des policiers tenir des propos racistes en marge d'une interpellation sur l'Ile-Saint-Denis, selon la description faite par Taha Bouhafs.  

«Un bicot comme ça, ça nage pas», perçoit-on notamment à l'endroit du suspect interpellé. «Ah ah ! Ça coule, tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied», est-il ajouté, laissant supposer que les agents ont sorti le suspect de l'eau de la Seine, toute proche. 

Sur d'autres images, on entend les policiers rire et des bruits sourds émanant du fourgon policier où l'interpellé qui, semble-t-il hurle, a été placé.

Le préfet de police de Paris demande la suspension de deux policiers

Dans un message adressé à l'AFP, la préfecture de police (PP) a affirmé le 26 avril saisir l'inspection générale de la police nationale (IGPN). Le lendemain, le préfet de police de Paris, Didier Lallement a annoncé dans un communiqué demander la suspension de deux policiers dans le cadre de cette affaire.

«Une vidéo montrant une intervention de police à l'Ile-Saint-Denis circule sur les réseaux sociaux. Le préfet de Police va saisir l'IGPN afin de faire toute la lumière sur les circonstances dans lesquelles les policiers sont intervenus et déterminer l'identité des auteurs des propos entendus», avait fait savoir la PP le 26 avril. 

Selon la préfecture, les policiers intervenaient dans le cadre d'un vol en réunion. Taha Bouhafs affirme que les effectifs de police dépendent des Hauts-de-Seine, ce que n'a pas pu confirmer l'AFP de sources policières.

Le député de La France insoumise de la Seine-Saint-Denis, Eric Coquerel, avait dénoncé une vidéo décrite comme «inacceptable». 

«Je ne sais pas ce que ce dernier a fait, je sais par contre que le 17 octobre 1961 on a retrouvé sur ces mêmes berges les corps d'Algériens noyés par la police. Entendre aujourd'hui de tels propos et comportements racistes de la part de fonctionnaires de police est une honte et une grande inquiétude», a fustigé Eric Coquerel. 

«Avec le maire de l'Ile-Saint-Denis Mohamed Gnabally, nous sommes en contact avec les autorités pour en savoir plus sur ces faits condamnables», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a lui aussi réagi sur Twitter : «Toute la lumière sera faite. L’IGPN est saisie. Le racisme n’a pas sa place dans la police républicaine.»

Le journaliste du Point Aziz Zemouri, a rapporté sur Twitter à propos de cette affaire, dans la nuit du 26 au 27 avril : «Les policiers sont d’Asnières. Ils suivaient [...] des voleurs de matériels de chantier dont l’un s’est jeté à la Seine. Il aurait été sauvé de la noyade par ceux qui l’ont traité de bicot. Le fuyard était sous mandat de recherche du [procureur] de Créteil depuis mai 2019.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»