Chloroquine : l'armée française a acheté des stocks par «précaution»

- Avec AFP

Chloroquine : l'armée française a acheté des stocks par «précaution»© Stephane Mahe Source: Reuters
Le plaquénil est l'un des médicaments les plus courants à base d'hydroxychloroquine (image d'illustration).

Le ministère des Armées a reconnu avoir acheté de la chloroquine en Chine pour constituer un stock si jamais ce traitement, dont l'efficacité contre le coronavirus fait débat dans le monde, était finalement validé par les autorités sanitaires.

La France augmente ses stocks de chloroquine, en se fournissant en Chine, a reconnu le 24 avril le ministère des Armées auprès de plusieurs médias.

«Dans un contexte de fortes tensions des approvisionnements de matières premières à usage pharmaceutique, le ministère des Armées a réalisé un achat de précaution si jamais la chloroquine se révélait validée par les autorités de santé comme étant utile pour lutter contre le Covid-19», a déclaré sur Checknews un représentant du ministère, après la publication sur les réseaux sociaux d'une vidéo devenue virale montrant cette livraison à destination des armées.

La vidéo publiée le 23 avril sur les réseaux sociaux montre une livraison de barils étiquetés «phosphate de chloroquine», provenant de Chine. Un homme en voix off affirme que ces barils contiennent un total de «70 kg» et montre un bon de commande de la «pharmacie centrale des armées». Il en profite pour affirmer qu'on soigne les militaires avec ces médicaments et ironise sur ceux qui se moquent du professeur Didier Raoult.

Le ministère confirme que cette livraison provient bien de Chine et qu'il s'agit bien de «sel ou phosphate de chloroquine, qui permet le développement d'une forme injectable». Il ne confirme toutefois pas la quantité de produit commandé.

Interrogé par France info, le cabinet de la ministre Florence Parly assure que cette commande «ne préjuge en rien de l’efficacité de la molécule».

L'infectiologue français Didier Raoult prône depuis le début de l'épidémie l'utilisation de l'hydroxychloroquine (un dérivé de la chloroquine, médicament contre le paludisme) pour combattre le coronavirus.

Certains médecins, certains pays et des élus appellent à administrer largement ce médicament, mais une grande partie de la communauté scientifique et des organisations sanitaires appellent à attendre une validation scientifique rigoureuse, mettant en garde contre les risques possibles pour les patients, notamment cardiaques. En attendant les résultats, la France a adopté une position prudente : l'hydroxychloroquine est autorisée à l'hôpital uniquement, et seulement pour les cas graves.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»