Dix listes répertoriées comme «communautaires» présentes aux prochaines municipales

- Avec AFP

Dix listes répertoriées comme «communautaires» présentes aux prochaines municipales© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
Le président et fondateur de l'Union démocratique des musulmans français (UDMF) Nagib Azergui prononce un discours lors de sa première réunion de campagne pour les élections municipales de 2020 à Clichy-la-Garenne, le 1er décembre 2019.

Alors que certains partis de droite réclament l’interdiction des listes communautaires, la formation controversée de l’Union des démocrates musulmans de France participera aux prochaines municipales. Le parti a concentré ses forces en Ile-de-France.

Selon une source au ministère de l’Intérieur citée par l’AFP, dix listes dites «communautaires» ont été recensées par les préfets en vue du prochain scrutin municipal. Ce recensement «ne se base pas sur une catégorisation statistique mais est le fruit de signalements réalisés par les préfets», d'après cette source qui souligne par ailleurs que c’est la première fois qu’une attention particulière est portée «sur ce phénomène».

Ces listes ont été répertoriées principalement en Ile-de-France mais aussi dans un département plus rural comme la Vienne. C'est sous l'étiquette de l'Union des démocrates musulmans français (UDMF) que sont répertoriées certaines listes dites «communautaires». Ce parti avait déjà participé au scrutin des élections européennes où il avait récolté 0,13% des suffrages en rassemblant 28 395 électeurs. 

Malgré les appels de la droite, l’exécutif refusent l’interdiction des «listes communautaires»

Pour les élections municipales qui auront lieu les 15 et 22 mars, l'UDMF a ainsi déposé des listes «Agir pour ne plus subir» dans le cinquième arrondissement de Paris, à Nanterre, Clichy-la-Garenne mais aussi à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) et Châtellerault (Vienne). Deux listes considérées comme «communautaires» ont également été signalées dans la métropole de Lyon.

A Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), la liste menée par le fondateur du Collectif contre l'islamophobie (CCIF), Samy Debah (le vrai changement pour Garges), a également été répertoriée comme «communautaire» par les services de l'Etat. Idem pour la liste «Vivre ensemble à Annecy» en Haute-Savoie et une des six listes déposées pour la commune de Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand avait demandé l'interdiction des listes dites «communautaires» lors de ces élections municipales. Le chef de file des LR au Sénat, Bruno Retailleau avait déposé une proposition de loi allant également dans ce sens. Lors d'un discours devant le Congrès des maires de France, en novembre 2019, Emmanuel Macron s'était refusé à cette solution.

L’UDMF, qui existe depuis 2012 n’est jamais parvenu à franchir un premier tour lors d'élections locales et nationale. Réfutant les accusations de communautarisme, son fondateur, Nagib Azergui dit asseoir entre autres son combat contre la «banalisation de l’islamophobie». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»