Au procès Fillon : sous l'Ancien régime, «le détournement de fonds publics était puni de pendaison»

Au procès Fillon : sous l'Ancien régime, «le détournement de fonds publics était puni de pendaison»© STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
L'ancien Premier ministre François Fillon et son épouse Penelope Fillon.

A l'ouverture du procès de François Fillon, l'accusation n'a pas hésité à évoquer l'Ancien régime. L'ancien Premier ministre a lui promis «la vérité» à ses juges, dénonçant les «dégâts irréparables» causés selon lui par cette affaire.

Le procès de François et Penelope Fillon ainsi que de l'ancien suppléant au poste de député, Marc Joulaud, s'est ouvert le 26 février. Environ trois ans après les révélations du «Penelopegate», l'ancien Premier ministre, sénateur, député, puis candidat à l'élection présidentielle François Fillon est poursuivi pour détournement de fonds publics, recel et complicité de détournements de fonds publics, mais également recel et complicité d'abus de biens sociaux et, enfin, manquement aux obligations de déclarations à la HATVP en tant que parlementaire.

Après l'examen – et le rejet – de deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC), l’avocat de François Fillon s’est étonné de «voir le parquet remettre de la politique dans ce dossier», suscitant une réponse cinglante de l'accusation. Pour remettre en perspective les faits qui sont reprochés à l'ancien Premier ministre, l'un des procureurs a ainsi évoqué l’Ancien régime, ce temps «où le détournement de fonds publics était un crime, puni de la peine de mort par pendaison». 

Quelle que soit la décision que vous prendrez, rien n'y changera

Le lendemain, le visage fermé, François Fillon a expliqué s'être décidé à faire une déclaration à la suite des propos tenus par le parquet national financier qui lui a «laissé le choix entre la peine de mort et la victimisation». 

«J'ai déjà été condamné sans appel par un tribunal médiatique», a soutenu l'ancien Premier ministre, dénonçant des «violations répétées, continues, préméditées» de la présomption d'innocence. «Les dégâts sont irréparables : l'élection présidentielle bien sûr», mais aussi «la place du courant de pensée que je représentais», a-t-il poursuivi. Ajoutant à l'adresse du tribunal: «Quelle que soit la décision que vous prendrez, rien n'y changera.»

A son procès, prévu pour durer jusqu'au 11 mars, François Fillon entend «défendre» son «honneur, celui de [son] épouse et celui de Marc Joulaud». Il a promis «la vérité sur le travail essentiel accompli» par sa femme. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»