A Grenoble, un nouvel incendie volontaire ravage un laboratoire, le parquet antiterroriste averti

- Avec AFP

A Grenoble, un nouvel incendie volontaire ravage un laboratoire, le parquet antiterroriste averti© MARC LOUKACHINE / BRIGADE DE SAPEURS-POMPIERS DE PARIS / AFP Source: AFP
Photo d'illustration

Un incendie criminel non revendiqué a endommagé un laboratoire de recherche dans un contexte d'incendies en série revendiqués depuis trois ans par un mystérieux groupe anarchiste. Le procureur a averti le parquet antiterroriste.

Quelque 700 m² de locaux sont partis en fumée. Une enquête a été ouverte à Grenoble après un incendie volontaire qui a détruit dans la nuit du 22 au 23 février les locaux d'un laboratoire de recherche situé sur le campus universitaire de la ville, selon le parquet. 

Le feu, qui n'a pas fait de victime, s'est déclaré entre 3h et 4h au premier étage d'un laboratoire piloté par l'Université Grenoble-Alpes, le CNRS et l'Institut polytechnique de Grenoble. L'incendie s'est ensuite propagé à la toiture du bâtiment, abritant également des salles de classe, des machines et du matériel informatique.

«L'incendie est a priori d'origine criminelle puisqu'une porte semble avoir été fracturée et que plusieurs départs de feu ont été constatés», a déclaré le 23 février le procureur de la République Éric Vaillant.

«Aucune revendication n'a pour le moment été portée à notre connaissance», a ajouté le magistrat, qui a confié l'enquête à l'antenne grenobloise de police judiciaire et à la Sûreté départementale de l'Isère.

Le magistrat a également annoncé avoir informé le parquet national antiterroriste (PNAT) de ces investigations pour «lui permettre de se saisir des faits s'il le juge nécessaire».

Incendies criminels revendiqués en série

Depuis 2017, un mystérieux groupe anarchiste revendique régulièrement des incendies criminels pour des raisons idéologiques, une vingtaine en tout selon Le Monde

«Haine et dix raisons de s'attaquer à une entreprise qui promeut et propage l'électricité et le désastre», pouvait-on lire dans le communiqué anonyme publié sur Internet revendiquant l'incendie d'un dépôt de véhicules d'Enedis à Seyssinet-Pariset (périphérie de Grenoble), qui aurait causé selon l'entreprise près de 2 millions d'euros de dégâts. Informé par le procureur, le PNAT ne s'était pas saisi de l'affaire. 

Dans la même veine, le mystérieux collectif d'incendiaires a entre autres revendiqué l'incendie des les locaux de France bleu Isère, d'une église ou de la salle du conseil municipal de Grenoble en 2019.   

En 2017, les incendies avaient visé deux locaux de la gendarmerie à Grenoble et Meylan. Revendiqués sans qu'il soit possible de savoir s'ils sont le fait des mêmes personnes, aucun de ces incendies n'a pas fait l'objet d'une enquête sous une qualification terroriste, rappelle Le Monde. 

«Ce sont des enquêtes difficiles. Les auteurs des faits sont particulièrement prudents et vigilants [...] Nous avons à faire à un groupe très organisé», avait déclaré le procureur Éric Vaillant en janvier après l'incendie des véhicules Enedis.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»