Après les annonces du président, Pécresse veut «en finir avec le financement étranger des mosquées»

Après les annonces du président, Pécresse veut «en finir avec le financement étranger des mosquées»© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP Source: AFP
Le chantier de la mosquée à Charleville-Mézières, 2019
Suivez RT France surTelegram

La présidente de la région Ile-de-France a estimé que le président n'était pas allé assez loin lors de ses annonces de Mulhouse, souhaitant que les mosquées soient régies aux mêmes règles de financement que les partis politiques.

Alors qu'Emmanuel Macron a annoncé en grande pompe depuis Mulhouse (Haut-Rhin) une série de mesures contre les «influences étrangères» sur l'islam en France, allant des imams étrangers au financement des mosquées, Valérie Pécresse a estimé dans un entretien au JDD, le 23 février, ces «remèdes largement insuffisants». 

«Je propose d'en finir avec le financement étranger des mosquées en appliquant aux lieux de culte la règle en vigueur pour les partis politiques : ni un Etat étranger ni une personne étrangère, sauf si elle réside en France, n’a le droit de financer un parti», a-t-elle expliqué. 

Autre cible de l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, l'«entrisme» pratiqué, selon elle, par les islamistes dans «les structures de la vie sociale : dans les associations et les clubs sportifs, en prison, dans les écoles et hôpitaux». 

«Il serait naïf de ne pas voir les visées politiques de ceux qui veulent placer la loi religieuse au-dessus de la loi de la République», a-t-elle estimé. 

L'ancienne cadre du parti Les Républicain (LR), désormais à la tête du parti Soyons libres, propose ainsi «que toute personne souhaitant travailler dans la fonction publique prête serment de respecter et faire respecter la loi de la République». Elle a aussi averti contre le «piège» du «concept» d'islamophobie, «car il utilise l’arme de la victimisation pour empêcher toute critique». «Attention aux liaisons dangereuses entre une partie de la gauche et les islamistes», a-t-elle dénoncé. 

Des mesures «dérisoires» et «mensongères» selon Marine Le Pen 

Pas non plus convaincue par les déclarations d'Emmanuel Macron, la présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen a dans un entretien à Europe 1 le 21 février fustigé avec virulence les mesures «dérisoires» et «mensongères» du président. 

Dans le viseur de la députée, notamment la mesure phare de l'arrêt des imams «détachés» par des pays étrangers (comme la Turquie, le Maroc ou l'Algérie), d'ici 2024, jugée «pas sérieux». 

Quant à la question du financement par l'étranger de ces lieux de culte : «il [Emmanuel Macron] ne veut pas du tout les supprimer, il veut au contraire les légaliser, c'est-à-dire qu'il veut passer des accords bilatéraux [...] pour ces financements». 

«Je veux qu'ils [les financements étrangers] soient arrêtés», a-t-elle déclaré, affirmant que la France était devenue le «terrain de jeu de toutes les luttes d’influence d'un certain nombre de pays musulmans». 

Enfin, la présidente du RN a estimé que «beaucoup de maires sont comptables de compromissions avec l'islam radical pour des raisons de clientélisme», et plaidé pour que ces mairies soient mises «sous tutelle». 

Lire aussi : Fin des «détachés» : pour le CFCM, la France devra mettre «la main à la poche» pour former ses imams

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix