Minute de silence refusée pour une infirmière poignardée : vif échange entre Mélenchon et Ferrand

- Avec AFP

Minute de silence refusée pour une infirmière poignardée : vif échange entre Mélenchon et Ferrand© Philippe LOPEZ / AFP Source: AFP
Vidéo
Le Président de l'Assemblée Nationale Richard Ferrand a refusé la minute de silence en hommage à une infirmière poignardée. Paris, le 19 février 2020.

Le refus par le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand d'une demande de minute de silence en hommage à une infirmière poignardée dans les Deux-Sèvres a suscité un vif échange avec le chef de file de la France insoumise.

Le chef de file des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, a reproché le 19 février au président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, son refus d'accorder une minute de silence dans l'hémicycle en hommage à une infirmière poignardée par un patient dans les Deux-Sèvres, s'attirant à son tour une verte réprimande du titulaire du perchoir.

Très émue, Caroline Fiat, députée de la France insoumise et aide-soignante de profession, avait proposé le 18 février d'utiliser son temps de parole pour rendre hommage à l'infirmière de 30 ans assassinée. Avant de lui retirer la parole, le président de l'hémicycle avait assuré : «Sur tous les bancs siègent des professionnels de santé et chacun ici partage la peine de la famille endeuillée.»

Alors que les députés reprenaient ce 19 février l'examen de la réforme des retraites, le chef de la France insoumise, indigné par la réaction du président de l'Assemblée, a pris la parole dans l'hémicycle pour revenir sur l'incident. «Vous avez excipé du fait qu'il n'appartient pas à chacun d'imposer des minutes de silence mais sous votre propre présidence, j'ai moi-même décidé de consacrer une minute de mon temps de parole à une minute de silence à la mémoire des gilets jaunes qui avaient péri dans des accidents de circulation au début du mouvement», a rappelé Jean-Luc Mélenchon. 

En réponse, le président de l'Assemblée nationale a aussitôt répliqué : «Je voudrais vous dire ma désapprobation, pour le coup pas du tout amicale, du fait que vous mettez un zèle tout particulier, vous et vos amis, y compris sur les réseaux sociaux, à rajouter de la peine à la peine en laissant croire qu'il y aurait ici un parlementaire, sur quelque banc que ce soit, qui serait indifférent au drame survenu.»

Dans un courrier cité par l'AFP, Richard Ferrand avait expliqué le 17 février à Jean Luc Mélenchon, qui l'avait saisi, qu'il est «d'usage que les hommages en séance publique revêtent un caractère exceptionnel et solennel et soient réservés, en principe, aux décès de députés en cours de mandat, de chefs d'Etat ou de gouvernement étrangers [...] de soldats français en opération, d'otages français ou de victimes de catastrophes».

Lire aussi : Revirement dans la majorité à l'Assemblée : le deuil parental passe de 5 à 21 jours

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»